Recherche
 
Fermer
 
Vous êtes ici :   Accueil » Assemblée generale 2015 - Compte rendu
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
La Boutique

      +Visitez la boutique en ligne de l'AELOC

        bouton_boutique.png

      +Téléchargez notre catalogue .pdf

      LibreEscolan[1].jpg     lorei2[1].jpg

     Contact commandes: 

      Corrièu    E-mél
La Tarasca/o
Ce que nous faisons
Adhésion en ligne

     Vous pouvez adhérer à l'AELOc depuis le site, et régler votre cotisation en ligne.

Enseignement
Lu dans le journal...
Vidéos
Archives
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://www.aeloc.fr/data/fr-articles.xml

Assemblée générale 2015 de l’AELOC

Samedi 20 Juin à Aix-en-Provence
 

Excusés : Sandy Blanc, Joèu Bouc, Aneta Cottin, Christòu Redon, Romieg Salamon

1. Rapport moral, rapport d’activité

Les rapports sont présentés par Alain Barthélemy-Vigouroux, secrétaire de l’AELOC.

L'engagement dans le Forum d’oc est devenu aujourd'hui une réalité normale. L’AELOC se présente maintenant comme une des composantes fondatrices du Forum. Cela n'a pas bouleversé complètement son fonctionnement, mais a resserré ses liens, avec le Félibrige et l’IEO, et également avec l’Association des professeurs de langue régionale de l’Académie de Nice avec qui nous n'avions que peu de rapports jusque là. A l'intérieur du Forum, les deux associations fédérés à la FELCO ont pris un rôle central dans l’un des trois chantiers du Forum, au travers de sa Commission Enseignement et Formation, sans y être hégémonique, et nous nous sommes bien rendu compte que son fonctionnement donnait à des militants isolés dans leur travail de transmission de la langue un espace de communication, d’aide réciproque et de soutien moral. Il a été important par exemple de se présenter ensemble avec l'APLR au cabinet du président du Conseil Régional, pour demander l’application de la les en matière de convention avec le Rectorat, e de pouvoir se présenter comme émissaires du Forum, c'est à dire de 140 associations, syndicats ou collectivités. Même s'il ne faut pas espérer des miracles immédiats, nous prenons une autre dimension en faisant jouer alternativement notre spécificité et notre enracinement, et notre réseau régional.

L’affirmation de notre présence dans le Conseil Académique des langues régionales est un parcours d'endurance, mais la constitution du Forum a permis de lui donner une arme forte. Nous parlerons également du travail fondamental fait par Sandre Arnaud auprès des syndicats : l’adhésion du principal syndicat de professeurs du second degré au Forum est une occasion qu'il faut absolument exploiter et étendre, et elle est par ailleurs en train de l'être dans l’enseignement du premier degré. Nous sommes entrain de rassembler l’essentiel des participants du CARL en dehors des administratifs (associations défendant la langue d’oc, représentants des collectivités locales, syndicats) ; Il faut maintenant concrétiser son action pour en faire une instance de pression régulière sur l’administration.

Si nous avons pu jouer ce rôle à l'intérieur du mouvement de défense de la langue, c'est d'abord grâce à notre position qui nous rattache aux deux traditions occitaniste et mistralienne, et notre ouverture sur toutes les manières de soutenir la langue, ce qui ne veut pas dire indifférence, puisque nous nous opposons à ceux qui nient son existence. Cela me semble un point constitutif de notre identité.

Aquel esperit, le devèm ai fondators de l’AELOC e pènsi especialament a dos d’entre eles que son plus d’aqueu monde, Guiu Garnier e Lucian Durand. Lucian nos a quitats fa bèn gaire de tèmps, a obrat de lònga pèr raprochar le movament mistralenc e la tradicien occitanista, li a larjament reüssit, e pas solament dans l’AELOC, mai a nautrei es restat de lònga fidèu, meme quand podié plus tròup si desplaçar pèr nos rejonhe. Pèr saludar sa memòri, vorrieu vos demandar una pensada intènsa pèr eu e de l’esprimar pèr una minuta de silènci.

Il nous reste à rendre plus concrets les liens avec l’enseignement tel qu'il se pratique dans les établissements. Nous avons déjà installé une présence de la langue dans les ESPÉ das Ais, Marseille e Dinha. Nous vous proposerons de rajeunir encore plus notre conseil d’administration en la personne de deux jeunes professeurs. Nous verrons à cette occasion que les relations avec la Mission de langue régionale des Bouches du Rhône se sont resserrées, à travers le succès toujours croissant des Cantejadas, de notre participation à l’édition du matériel pédagogique qu'ils préconisent, et de la préparation du colloque dont nous reprenons cette année la réalisation.

Le bilan d’action de l’année

a) Les intervention en milieu scolaire 

Jan-Pèire Reynaud et Gièli Maille présentent le sujet.

- Théâtre : « Le murmure du santon », création AELOC avec Andriéu Gabriel, Jan-Pèire Reynaud et Roumié Salamon : 4 représentations (Cuers, La Seyne)

Quesaquò et Mascomprés : 5 représentations (Cazan, Fayence, Orange, Cuers, Saint-Louis-le Rove à Marseille)

« Le violon des bois » par Andriéu Gabriel et Roumié Salamon : 2 représentations (Aix-en-Provence)

Soit : 36 classes, 7 écoles élémentaires et 2 collèges

- Carnavals : 8 écoles ont accueilli le Triò Petaçons (Cazan, Soliès-Pont, Cavaillon, Digne, le Brusquet, Thoard, Le Canet à Marseille), et deux interventions refusées par manque de temps ; travail précédé par un atelier de danse et chant traditionnel. Soit : 47 classes maternelles et élémentaires

- Animation sur les Contes de Provence : Nyons, Vinsobre, Oraison, La Motte du Caire, Mirabeau, Barras, Volonne, Digne (écoles e collège), Château-Arnoux, Auriol, Aix (Luynes, Val-Saint-André), Marseille Parc-Dromel. 2 classes de collège et une élémentaire ont travaillé sur l’écriture d’un conte.

- Préparation des Cantejadas : Cazan, Aubagne, Aix (Platanes et Sacré-Cœur), Fuveau, Aureille, Callas : 430 enfants qui participèrent aux Cantejadas

- Divers : intervention musicale d’Andriéu Gabriel (Auriol) ; visites contées de l’exposition La Ràbia dei Dieus d’Enric Damòfli à Orange (élémentaire, collège, lycée)

Récapitulation : Bouches-du Rhône : 57 classes primaires de 16 écoles dont 8 centres d'enseignement continu de la langue régionale.

Vaucluse : 19 classes primaires de 4 écoles, 2 classes de collège, 2 classes de lycée.

Alpes de Haute-Provence en partenariat avec l'Association Scolaire d’Oc : 43 classes primaires de 12 écoles, 5 classes de 2 collèges.

Var : 23 classes primaires de 3 écoles et 3 classes de collège.

b) L’édition 

Cette année, l’AELOC n'a pas réalisé d’édition, mais elle a fait avancer trois projets :

Édition bilingue italien-provençal des mémoires d’un immigré italien d’un village de Ligurie, Giambattista Cane, dans la région marseillaise à la fin du XIX° siècle. La traduction a été faite, nous avons rencontré l’éditeur en Italie, ainsi que la Cumpanhia dell’Urivu, association culturelle d’Imperia qui s’intéresse spécialement à l’occitan et nous a demandé de lui proposer des partenariats dans la Provença orientale. L’introduction du petit ouvrage et les notes historiques ont été faites par Stéphane Mourlane, professeur à l’Université d'Aix, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, et il comportera une présentation comparative de la morpholegie italienne et occitane. Le texte sera aussi annoté comme le livre de Guiu Garnier en donnant le sens des mots qui peuvent poser des difficultés aux débutants.

Comme je le rappelais, la Mission de Langue Régionale des Bouches du Rhône nous a confié l’édition du matériel d’enseignement qu’elle a réalisé pour les classes primaires, et que l'on appelle la Mallette Pédagogique. Elle existait sous une forme encore dispersée, et elle a été remaniée pour en faire une présentation plus élaborée. Elle comprendra un livret du maître pour l’école maternelle et un autre pour l’école élémentaire, et des contenus utilisables dans chaque niveau de la scolarité. Nous les publierons en fonction de nos moyens financiers.

Enfin, nous avons prévu d’éditer un livre et un CD rassemblant les créations des chansons interprétées pour les Cantejadas.

Nous n'avons pas encore avancé sur le projet de réédition des livrets « Langue d’oc et culture régionale à l’école » sur Le Corps humain, la Famille, Noël, Le Temps qui passe, les Nombres ; mais nous ne l’avons pas abandonné, cela dépendra de nos moyens.

c) Partenariat 

Alan Barthélemy-Vigouroux est délégué pour l’AELOC auprès de l’AGEFOC, (Assouciacien de Gestien dau Forum d’Oc), dont l’AELOC assure le secrétariat. Il participe ainsi aux réunions mensuelles de l’AGEFOC, un dimanche matin par mois, avec les représentants de l’IEO, du Felibrige et des Calandretas, et également les responsables des trois commissions du Forum : Développement durable et pouvoir local ; Culture et communication ; Enseignement et Formation. Le responsable de cette dernière était notre collègue Clàudi Juniot, il est maintenant président de l’APLR, Óulivier Pasquetti, a demandé à l’AELOC d’assurer l’intérim de sa prestation jusqu’aux vacances. La commission Enseignement et Formation s’est réunie deux fois cette année, une fois à Gassin dans la 2° session du Forum, une fois à Toulon.

Nous avons aussi un partenariat avec l’Association Scolaire d’Oc des Alpes de Haute-Provence (ASOC) et l’IEO des Alpes, notamment pour les interventions culturelles dans leur département, ainsi que pour le règlement de l’intervenant à l’ESPÉ de Digne.

Les Cantejadas permettent des partenariats avec les groupes musicaux et les artistes, et l’École de Musique du Pays d'Aix.

L’AELOC continue de participer au Prix des Jeunes rattaché au Grand Prix Littéraire de Provence organisé par l’Association Culturelle Provençale de Ventabren. Trois lauréats furent désignés par le jury : l’école bilingue de Cuers (création d’un livret numérique en provençal pour le centenaire de la guerre de 1914-1918), l’école maternelle de Cazan (création d’un livret numérique d’après un conte), l’école maternelle Marie Mauron de Gréasque (création d’un conte sur les bêtes du jardin).

Avec la même association, l’AELOC organise une initiation à l’occitan à Ventabren. En partenariat avec le Groupe d’Étude Provençal de Cucuron, un stage d’un samedi après-midi chaque mois (deux niveaux, découverte et perfectionnement) est aussi organisé. Enfin, notre présidente paie de sa personne à l’Ostau dau Païs Marselhés où elle effectue une initiation hebdomadaire à l’occitan.

L’AELOC est partenaire du Comité Provençal de la Sainte-Baume, qui œuvre à manifester la présence de la langue dans le projet de parc naturel régional.

d) Relations avec l’Éducation Nationale

La mise en place d’une action coordonnée est quelque chose qui demandera du temps, mais nous avons avancé sur l'échange d’informations, sur la définition de revendications prioritaires, et sur la mise en place d’une méthode autour des CALR.

Dans le Vaucluse, le mi-temps d’Aneta Cottin n'a pas été remis en cause. Le problème de la dérogation pour permettre aux élèves de la Calandreta d’aller au collège dans lequel enseigne Matieu Poitavin n'est toujours pas réglé. Un courrier de protestation a été adressé par l’AELOC, un autre le sera par le Forum, en lien avec l’IEO et le Félibrige.

Dans les Bouches du Rhône, un des quatre postes de la Mission Langue Régionale, celui constitué par le détachement de Sandy Blanc, a été supprimé. Même modalité de protestation.

L’AELOC a participé en la personne de son vice-président Michèu Neumuller au Conseil Académique de la Langue Régionale à Aix-en-Provence et à la Commission de la Langue Régionale à la Direction des Services Académiques de l’Éducation Nationale des Bouches du Rhône à Marseille.

Dans la dernière session de la commission Enseignement et Formation du Forum, il a été décidé d'envoyer le compte-rendu de la session du CALR à tous les participants. Ce compte-rendu a été rédigé par le SNES avec des corrections de Natalia Wurbel, et présenté au nom du Forum. Cela permettra aux participants de ne pas attendre la session d’après pour avoir le compte-rendu du Conseil Académique. En même temps c'est une étape pour établir une communication permanente entre les membres, dans la perspective de pouvoir renforcer nos revendications. Le compte-rendu a été affiché sus le site de l’AELOC.

L’AELOC a financé à l’ESPÉ de l’Académie d'Aix-Marseille trente heures de cours constituant une unité d’enseignement optionnelle à bonus pour les étudiants de 1° année du master Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation, et ce dans les centres d'Aix, de Marseille et de Digne. L’action n'a pas pu commencer à Avignon pour des raisons de contretemps administratifs d'Aneta Cottin. Marc Rivoira qui aurait pu la remplacer s’est présenté trop tard pour mettre en train l’action.

Après discussion avec Frederic Saujat, directeur-adjoint chargé de la recherche et de l’innovation, j'ai adressé un courrier au directeur général pour lui rappeler qu'il nous fallait signer une convention pour régulariser les interventions, en faire le bilan, prévoir l’avenir. Une réunion avec la direction est demandée.

e) Relations avec la FELCO

Nous sommes membres comme vous le savez de la Fédération des Enseignants de Langue et de Culture d’Oc. A ce titre nous avons rejoint la protestation qu’elle a émise sur les dispositions de la réforme des collèges et nous l’avons transmise à tous les députés et sénateurs de la Région.

Sandre Arnaud s’est chargé depuis des années d’assurer les relations avec la FELCO et de nos représenter dans ses instances, et nous l’en remercions. Nous ne sommes pas toujours totalement unanimes avec la FELCO, ne serait-ce que par notre composition : la FELCO rassemble seulement les enseignants publics, alors que nous sommes ouverts aussi à ceux de l’enseignement associatif, du privé, de formateurs d’adultes professionnels ou bénévoles, et des militants ou sympathisants de la démarche de transmission de la langue. De plus notre engagement total dans le Forum nous imposa de rechercher la meilleure entente tant avec l’IEO que le Félibrige et plus globalement tous les mouvements qui constituent le Forum. Quand il y a conflit entre la FELCO et d’autres composantes du mouvement régionaliste, nous nous sommes toujours efforcés d’avoir la position qui contribuait le mieux à notre avis à la concorde. Sur l'un des points où la FELCO s’est heurtée à l’IEO, le projet de manifestation à Montpellier, avions adopté l’an dernier cette position que je vous rappelle : « Il y a manifestement un désaccord flagrant sur la forme de la manifestation entre la FELCO et l’IEO. L’AELOC soutiendra le projet qui sera retenu ».

La discussion s’engage sur le rapport moral et le rapport d’activité. Hervé Guerrera rappelle son rôle avec les autres élus favorables à la Cause auprès du Conseil Régional. Les Conventions de Vie lycéenne et apprentie sont maintenant ouvertes à la langue régionale, et ont été utilisées par notre collègue Deidié Maurell pour son projet « Lei Viajaire dau Rose » et pour le projet théâtre de notre collègue Matieu Poitavin. Présence de la langue aussi dans les opérations « Le monde est chez nous », qui va continuer à s’épanouir. Après la reconnaissance par l’État de l’Office Public de la langue occitane, Hervé Guerrera a été délégué pour représenter Michel Vauzelle à la réunion de préfiguration de l’Office, notre Région n'y ayant toujours pas adhéré. Dans son action au Conseil Municipal d'Aix et à la sous-présidence de l’Oustau de Prouvènço, il va rencontrer Sophie Joissains pour jeter les bases du projet d’installation matérielle du Forum d’Oc, avec l’utilisation des fonds du Contrat de Plan État-Région, où la langue régionale a été maintenue grâce à une action revendicative. Enfin, il a pu soutenir efficacement les demandes de subventions de l’AELOC, qui avaient été menacées au Conseil Régional. Au Conseil départemental des Bouches du Rhône, la délégation d’Andriéu Guinde a été sauvegardée dans la passation de pouvoir à Bruno Genzana sous le titre « Délégation à la langue d’oc et aux traditions provençales ».

Michèu Arnaud rappelle que l’AELOC fait partie du Conseil d’Orientation du Parc de la Sainte-Baume ; nous avons réussi à intégrer dans le projet un nombre significatif de mesures pour la langue, et même nous avons fait rétablir les mesures refusées. Michèu Neumuller fait remarquer que c'est la première fois que nous suivons en permanence une démarche extérieure et que cela a porté ses fruits.

Le rapport moral et le rapport d’activité sont approuvés à l’unanimité.

2. Bilan financier

Le trésorier Jan-Pèire Reynaud expose le bilan financier de l’AELOC. La situation financière est saine. Les comptes sont approuvés à l’unanimité.

L’AELOC compte un peu moins d’adhérents à la data de l’assemblée. Une relance d'adhésion est prévue.

3. Les projets

a) Propositions culturelles aux établissements

Lei projets culturels seront reconduits dans leurs grandes lignes. Les Cantejadas se déroulent tous les deux ans à Aix, la préparation des Cantejadas 2017 va commencer dès 2016. D'autre part, elles vont être transportées dans les Alpes de Haute-Provence en 2016 ; des relations avec le conseiller pédagogique de musique ont été entreprises.

Il faudra faire à la rentrée une publicité sur les Conventions de vie lycéenne et apprentie, qui permettent de financer d’une manière conséquente des projets sur la langue et la culture d’oc.

b) Relations avec l’Éducation Nationale

Sur ce point nous pouvons rappeler que la Commission Enseignement et Formation du Forum d'oc dans sa dernière réunion a Toulon a donné comme ordre de priorité :

- l’enseignement dans les ESPÉ

- l’enseignement dans les écoles primaires

- le développement du lien avec le secondaire

L’enseignement dans les ESPÉ est donc pour nous la priorité, et devra être proposé par l’AELOC dans la mesure de ses moyens.

Pour le reste, nous assurerons la suite de notre action actuelle : aide aux enseignants et réponse à leurs problèmes ; dénonciation des dysfonctionnements et protestations contre les mesures négatives ; participation aux instances de concertation ; développement du travail avec les participants institutionnels aux commissions académiques.

Nous devons nous entre-aider avec nos partenaires et avec la force du Forum d'oc pour présenter et faire avancer nos revendications principales, portant sur :

- la formation initiale et professionnelle des maîtres et leur recrutement (ESPÉ, mais aussi à l’Université) ;

- la régularisation des moyens existants sur tout le territoire académique et régional :

- au moins un poste entier de conseiller pédagogique consacré uniquement à la langue d’oc dans chaque département ;

- une commission départementale de la langue régionale dans chaque département ;

- l’extension du statut des écoles semi-bilingues des Bouches du Rhône à toute la Région ;

- l’expansion de l’offre d’enseignement  par la définition de politiques académiques et départementales mettant en place un plan de développement de la langue ;

- rechercher par quel moyen le mouvement associatif en général peut soutenir le développement de la langue.

- l’application de la loi pour l’établissement de conventions entre les Conseils Départementaux et le Conseil Régional avec les rectorats.

Nous sommes sollicités pour participer au projet organisé par la Délégation à la Langue provençale du Conseil Départemental des Alpes de Haute-Provence (Genevièva Primiterra et Pèire Bonet) et le CDDP de Digne (notre collègue Alan Garcia) pour faire une journée pour l’enseignement le mercredi 14 Octobre. Pèire Bonnet et Genevièva Primiterra seront à l’École Occitane d’Été au Fugeret le 30 Juillet.

Il demeure la question de la demande d’intervenants pour les activités périscolaires, qui pour le moment n'a pas de solution.

c) Partenariat

Nous devons reconduire l’ensemble de nos partenariats.

Nous devons également participer à grossir la liste des membres du Forum d'oc, et spécialement en cultivant la relation avec les syndicats, comme Sandre l'a si bien réussi avec le SNES.

d) Édition

La priorité sera donnée à l’édition de la Mallette Pédagogique en fonction des moyens de l’AELOC et des priorités choisies par la Mission de langue régionale.

L'AELOC devrait pouvoir mener à bien l’édition des mémoires de Giambattista Cane.

Les projets d’édition du livret des Cantejadas et de réédition des livrets « Langue d’oc et culture régionale à l’école » dépendront des moyens financiers de l'association.

Enfin, nous n'avons pas avancé sur le projet d’introduire l’occitan dans la méthode d’enseignement simultané des langues romanes Eurom 5, qui demande des moyens importants.

e) Le colloque

Le colloque se tiendra à Eygalières le samedi 14 Novembre après-midi. Deux moments : une présentation de la situation de l’enseignement dans la Région, avec comme intervenants les acteurs du système : conseillers et animateurs pédagogiques du premier degré, professeurs du second degré, etc. Seront naturellement invités les autorités académiques et les syndicats d’enseignants. Pour illustrer la discussion, nous avions demandé au CEP d’Oc de faire un film court dans les classas, le reste des prises de vue pouvant être utilisé dans la formation des maîtres. La Mission de langue régionale des Bouches du Rhône avait retenu une dizaine d’écoles. cause de la maladie de Jan-Pèire Belmon, nous avons demandé à Jaufré Dargent-Bizot et a son association « Solèu Production » de filmer une journée dans deux écoles, l’élémentaire de La Barque à Fuveau et la maternelle Marie Mauron à Gréasque, qui sont des centres d’enseignement continus de la langue régionale. Nous pourrons ajouter, pour faire le lien avec le thème, un montage sur les Cantejadas et, par exemple, du spectacle monté par Deidier Maurell avec la participation de l’AELOC sur le Poèma dau Ròse. Nous devront étudier la possibilité de continuer la démarche filmique dans les classes pour en faire des documents pédagogiques.

Puis viendra le sujet spécifique du colloque. Le titre prévu était : la langue d’oc e la musique traditionnelle de création : quels apports pour la transmission de la langue. Mais Gièli Maille fait remarquer que la présence de la langue se limite à la chanson, et propose la formulation : la langue d’oc dans la chanson contemporaine.

Nous avons déjà imaginé une présentation générale du sujet par un spécialiste universitaire, puis un débat avec de musiciens qui ont la préoccupation de transmettre la langue en milieu scolaire ou plus largement. Nous avons déjà la participation de Pèire Bonnet, Magalì Bizot, Felipe Franceschi, Liza, Miquèu Montanaro, Gièli Maille, Deidier Maurell, Maria-Noëla Pieracci, Jan-Bernat Plantevin.

Comme à l’ordinaire, il y aura des stands de vente de livres et documents, et nous terminerons par la prestation du groupe Còr de Lus, avant l’apéritif final. Nous aurons évoqué à un moment le souvenir de Guiu Garnier et de Lucian Durand.

Pour l’organisation matérielle du colloque, nous avons besoin d’une équipe dévouée, et nous vous demandons de vous engager dès que possible sur votre présence.

f) Relations avec la FELCO

La coordination Anem, òc, qui organisait les manifestations de Carcassonne, Béziers et Toulouse, et qui réunissait l’IEO, le Félibrige, la FELCO, la Fédération des Calandretas et Oc-bi, a éclaté. L’IEO et les Calandretas ont donc formé une Coordination pour la langue occitane, et c'est elle qui appelle à manifester à Montpellier le 24 octobre, une manifestation centrée sur la demande d’une loi pour les langues régionales. Naturellement, le Collectif Prouvènço a décidé d’organiser une manifestation à Arles le même jour. Le Félibrige a décidé de laisser à ses membres la liberté d’aller où ils voulaient, mais la Maintenance de Provence organise un colloque le même jour à Salon. La FELCO était opposée à l’idée d’une manifestation nationale surtout à Montpellier, pour des raisons multiples, et elle proposait que la journée soit remplacée par une pluralité de manifestations dans les différentes régions.

Il nous a paru que l’AELOC devait soutenir la manifestation de Montpellier, ne voyant pas d'utilité à la faire échouer, mais elle a affirmé que les positions n'étaient pas incompatibles, au lieu de les mettre en concurrence. Beaucoup n'iront pas à Montpellier, et si on organise quelque chose chez soi en soutien à la manifestation nationale pour les sédentaires en communion avec les manifestants, ce sera un bénéfice général.

Le texte suivant est voté à l’unanimité :

L’AELOC convida seis aderènts e simpatisants a si rèndre prioritariament a la manifestation organisada a Montpelhier pèr la Coordinacien pèr la langue Occitana le 24 d’Outòbre, sus la reclamacien d’una lèi pèr les langues de França e la ratificacien de la Charta europenca dei langues regionalas, e d’assurar le pus grand sucès a n aquela manifestation. Pasmens pèr aqueles que porran pas li anar, sovetam que pòscon organisar le meme jorn, en sostèn a la manifestation nacionala, d’ativitats de promocien de sei revendicaciens pèr la langue dans le mai d’endrechs possible.

4. Questions divèrses

La question de l’enseignement à l’ESPÉ est toujours en chantier. Natalia Wurbel a posé la question au Directeur et rappelle que Gaëla Lenfant représente le Conseil Régional au Conseil d’école de l’ESPÉ. Sandre Arnaud rappelle la demande faite par la FSU de décharger un professeur pour coordonner l’action en faveur de la langue dans les Alpes de Haute-Provence. La demande fut refusée par le DASEN. Deux volontaires, Cecilia Pelissier et Pascau Recotillet, seraient prêts à y consacrer une journée chacun dans la semaine s’ils étaient déchargés de classe ce jour là, ce qui reviendrait à créer un demi-poste.

5. Élection du Conseil d’Administration

La liste qui se présente comprend les 15 membres prévus comme nombre maximum par les statuts.

Sandy Blanc

Mirelha Combe

Aneta Cottin

Frederica Durand

Marie-Francesa Lamotte

Sarah Laurent

Glaudeta Occelli

Natalia Wurbel

Alan Barthélemy

Joèu Bouc

Gièli Maille

Michèu Neumuller

Matieu Poitavin

Michèu Prat

Jan-Pèire Reynaud

La liste est élue à l’unanimité.

Élection du bureau :

Présidente : Mirèlha Combe

Vice-présidents : Natalia Wurbel, Gièli Maille, Michèu Neumuller

Trésorier : Jan-Pèire Reynaud

Secrétaire : Alan Barthélemy-Vigouroux

Secrétaire adjointe : Maria-Francesa Lamotte

5. Hommage à Sandre Arnaud.

L’Assemblée Générale rend hommage à Sandre Arnaud pour son travail en faveur de la langue et son implication profonde dans les projets de l’AELOC. Nous lui souhaitons une pleine réussite dans l’Académie de Clermont-Ferrand où il retourne.

La session s’achève par un apéritif amical.


Date de création : 17/07/2015 - 11:51
Dernière modification : 19/07/2015 - 19:10
Catégorie : Ce que nous faisons - Vie associative
Page lue 6636 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Nouveautés du site
(depuis 45 jours)
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Recopier le code :
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  2081897 visiteurs
  14 visiteurs en ligne

Connectés :
( personne )
Snif !!!
Calendrier
Texte à méditer :   A la foire, beaucoup d'ânes se ressemblent.   
Texte à méditer :   L'argent mène l'homme en enfer, mais lui, il reste à la porte.   
Texte à méditer :   Le bon berger fait le bon troupeau.   
Texte à méditer :   Si en travaillant l'on s'enrichissait, les ânes porteraient le bât d'or.   
Texte à méditer :   Qui n'a bonne tête doit avoir bonnes jambes.   
Texte à méditer :   Chaque pot trouve son couvercle.   
Texte à méditer :   Il est bon de ne rien savoir, on apprend toujours.   
Texte à méditer :   Qui a métier a seigneurie.   
Texte à méditer :   Ami de chacun, ami de personne.   
Texte à méditer :   Si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres devraient l'être.   
Texte à méditer :   Dans le besoin on reconnaît ses amis.   
Texte à méditer :   N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plaît.   
Texte à méditer :   Bâiller comme une jarre sans huile.   
Texte à méditer :   Mistral du samedi n'a jamais vu le lundi.   
Texte à méditer :   Bon et mauvais, comme la langue.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux un hareng sur le pain qu'un pigeon qui vole.   
Texte à méditer :   Qui trop serre l'anguille, l'anguille lui échappe.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux glisser du pied que de la langue.   
Texte à méditer :   Qui manie les pierres s'écrase les doigts.   
Texte à méditer :   Il ne faut pas acheter un chat dans un sac.   
Texte à méditer :   Le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit.   
Texte à méditer :   Le pain dur tient la maison sûre.   
Texte à méditer :   Le courage se reconnaît à la guerre, la sagesse à la vie, l'amitié au besoin.   
Texte à méditer :   Entre deux gendarmes, le plus honnête homme du monde a l'air d'un coquin.   
Texte à méditer :   Il faut prendre le temps comme il est, l'argent comme il vient, les gens comme ils sont.   
Texte à méditer :   Qui sème des épines n'aille pas nus-pieds.   
Texte à méditer :   Si la barbe donnait la science ou si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres seraient toutes docteurs.   
Texte à méditer :   Le temps et l'usage rendent l'homme sage.   
Texte à méditer :   On ne fait pas le civet avant d'avoir le lièvre.   
Texte à méditer :   Qui a bien mangé croit les autres rassasiés.   
Texte à méditer :   Qui prend toujours et jamais ne donne, à la fin, chacun l'abandonne.   
Texte à méditer :   Un peu d'aide ne fait jamais de mal, beaucoup d'aide fait grand bien.   
Texte à méditer :   Entre voleurs et volés tout pays est habité.   
Texte à méditer :   Toute beauté s'évanouit, et le renom jamais ne périt.   
Texte à méditer :   Mistral, Parlement et Durance sont les trois fléaux de la  Provence.   
Texte à méditer :   L'âne repu trouve les chardons amers.   
Texte à méditer :   Beaucoup d'ânes ne portent pas le bât !   
Texte à méditer :   Qui tient la queue de la poële la tourne d'où il veut !   
Texte à méditer :   Qui a bien dîné croit les autres repus.   
Texte à méditer :   Qui n'a que des chèvres aura vite tondu.   
Texte à méditer :   Sans berger, mille brebis ne font pas un troupeau.   
Texte à méditer :   Au plumage et à la chanson on reconnaît l'oiseau.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux une abeille que mille mouches !   
Texte à méditer :   L'âne se reconnaît aux oreilles, et le fou au parler.   
Texte à méditer :   Langue muette n'a jamais été battue.