Recherche
 
Fermer
 
Vous êtes ici :   Accueil » Occitanie, le grand imbroglio
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
La Boutique

      +Visitez la boutique en ligne de l'AELOC

        bouton_boutique.png

      +Téléchargez notre catalogue .pdf

      LibreEscolan[1].jpg     lorei2[1].jpg

     Contact commandes: 

      Corrièu    E-mél
La Tarasca/o
Ce que nous faisons
Adhésion en ligne

     Vous pouvez adhérer à l'AELOc depuis le site, et régler votre cotisation en ligne.

Enseignement
Lu dans le journal...
Vidéos
Archives
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://www.aeloc.fr/data/fr-articles.xml

Occitanie, le grand imbroglio

Le choix d’appeler « Occitanie » la région qui borde la Provence sur la rive droite du Rhône, si elle est finalement légitimée par l’Etat français, risque de provoquer une confusion capable de bouleverser définitivement les fondations du mouvement régionaliste dans le Pays d’Oc.

L’AELOC a choisi, comme la FELCO dont elle est le représentant local, de se dénommer en référence à l’appellation « langue d’oc », qui est reconnue tant par le courant occitaniste que par le courant mistralien, et dans ses statuts elle se déclare comme promouvant « la langue et la culture d’oc, également dénommées langue et culture occitanes ». Cette équivalence est maintenant menacée par la dénomination de la nouvelle région qui a pour chef-lieu Toulouse. Si elle est reconnue officiellement comme la seule légitime, en droit français ainsi que dans la pratique quotidienne, pour porter le nom d’Occitanie, la conséquence logique est que ses habitants ou ses expatriés seront les seuls à pouvoir se dire Occitans, et que leur langue d’origine sera naturellement appelée l’occitan ou la langue occitane.

Mais alors il sera bien difficile dans les autres régions d’oc de se réclamer de la langue occitane, d’autant que la conscience de l’unité de la langue est encore embryonnaire dans les régions périphériques comme dans la région centrale, et qu’elle est parfois attaquée violemment par des groupuscules bien déterminés s’appuyant sur l’ignorance de la question dans le grand public. Au moment où cette unité commençait à s’affirmer, le choix du Conseil Régional à Toulouse nous apparaît d’autant plus désastreux.

Ce Conseil Régional a déposé le nom de ce qu’ils appellent « Occitanie » à l’Institut National de la Propriété Intellectuelle. A supposer que ses dirigeants d’aujourd’hui (qui risquent de ne pas être ceux de demain) nous fassent la grâce de nous en permettre l’usage, on aurait pu imaginer que le sous-titre « Pyrénées-Méditerranée » puisse ouvrir la voie à généraliser l’appellation « Occitanie » à d’autres régions, chacune avec un appendice approprié. Mais cet espoir apparaît bien illusoire. Les noms des autres régions sont déjà choisis ou maintenus, et ils résultent d’équilibres délicats que personne n’osera remettre en cause avant un long moment. Si le pouvoir central de la France confirme le coup de force de Toulouse, nous serons dans un imbroglio calamiteux qui va nous demander une remise en cause profonde de tout ce que nous avons essayé de bâtir depuis avant même le Félibrige.

C’est à refonder nos références qu’il faut nous préparer avec la solidarité de tous ceux qui, dans toutes les régions d’oc ainsi qu’en « Occitanie », n’ont pas voulu cet embrouillamini, ou y ont consenti sans en mesurer les conséquences. Dès à présent, l’AELOC a décidé de soutenir le texte dont l’Ostau dau País Marselhés a pris l’initiative.


La lettre ouverte a été envoyée à l'initiative de l’Ostau dau País Marselhés. Vous pouvez la signer en ligne en allant sur leur site : www.ostau.net

Le bureau de l’AELOC
 



Occitanie_Admin.jpg


Date de création : 10/08/2016 - 10:22
Catégorie : Ce que nous faisons - Nos interventions
Page lue 5071 fois


Réactions à cet article

Réaction n°2 

par GerardTautil le 12/08/2016 - 10:09
"Non, je n'ai pas signé cette lettre pour deux raisons :

- l'absence totale de référence faite à la Catalogne Nord  (pour le moins, "Pais catalan" en sous-titre)

- et le concept d' "Occitanie française" dans le dernier paragraphe...

"L'OPM me diguèt que comprenia mei doas proposicions mai que la peticion èra ja en cors (l'ai receupuda tardivament).

 S'ai ben comprés l'ensems de l'argumentari, d'oblits coma aqueste (Pais catalan) m'encanhan. De retorn de Catalonha, pòdi vos assegurar que l'opinion publica es en generau còntra aquesta apellacion onte la part bèla es facha ai "gavatxs".

Faudria que leis occitanistas quitan de s'embarrar dins lo prat cairat occitan.

 Amistat

Gerard Tautil"


Réaction n°1 

par RAlina le 10/08/2016 - 15:48
lAvem totei rason e de rasons de dire : ...
Es-ti un ben ? Es-ti un mau ?  Lo mau es dins lo ben ; lo ben es dins lo mau..es tot ço que sabe  ditz lo savi au Pais dau solèu levant.
Encara que per ne'n revendicar lo nom saria de bon de ne'n respectar lei valors de la civilisacion occitana ! CORTESIA  d'en primier ; tolerància ; lelielat ; larguesa, ; respect de la Dona ; Merite ! eca....

Nouveautés du site
(depuis 45 jours)
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Recopier le code :
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  2081897 visiteurs
  16 visiteurs en ligne

Connectés :
( personne )
Snif !!!
Calendrier
Texte à méditer :   A la foire, beaucoup d'ânes se ressemblent.   
Texte à méditer :   L'argent mène l'homme en enfer, mais lui, il reste à la porte.   
Texte à méditer :   Le bon berger fait le bon troupeau.   
Texte à méditer :   Si en travaillant l'on s'enrichissait, les ânes porteraient le bât d'or.   
Texte à méditer :   Qui n'a bonne tête doit avoir bonnes jambes.   
Texte à méditer :   Chaque pot trouve son couvercle.   
Texte à méditer :   Il est bon de ne rien savoir, on apprend toujours.   
Texte à méditer :   Qui a métier a seigneurie.   
Texte à méditer :   Ami de chacun, ami de personne.   
Texte à méditer :   Si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres devraient l'être.   
Texte à méditer :   Dans le besoin on reconnaît ses amis.   
Texte à méditer :   N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plaît.   
Texte à méditer :   Bâiller comme une jarre sans huile.   
Texte à méditer :   Mistral du samedi n'a jamais vu le lundi.   
Texte à méditer :   Bon et mauvais, comme la langue.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux un hareng sur le pain qu'un pigeon qui vole.   
Texte à méditer :   Qui trop serre l'anguille, l'anguille lui échappe.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux glisser du pied que de la langue.   
Texte à méditer :   Qui manie les pierres s'écrase les doigts.   
Texte à méditer :   Il ne faut pas acheter un chat dans un sac.   
Texte à méditer :   Le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit.   
Texte à méditer :   Le pain dur tient la maison sûre.   
Texte à méditer :   Le courage se reconnaît à la guerre, la sagesse à la vie, l'amitié au besoin.   
Texte à méditer :   Entre deux gendarmes, le plus honnête homme du monde a l'air d'un coquin.   
Texte à méditer :   Il faut prendre le temps comme il est, l'argent comme il vient, les gens comme ils sont.   
Texte à méditer :   Qui sème des épines n'aille pas nus-pieds.   
Texte à méditer :   Si la barbe donnait la science ou si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres seraient toutes docteurs.   
Texte à méditer :   Le temps et l'usage rendent l'homme sage.   
Texte à méditer :   On ne fait pas le civet avant d'avoir le lièvre.   
Texte à méditer :   Qui a bien mangé croit les autres rassasiés.   
Texte à méditer :   Qui prend toujours et jamais ne donne, à la fin, chacun l'abandonne.   
Texte à méditer :   Un peu d'aide ne fait jamais de mal, beaucoup d'aide fait grand bien.   
Texte à méditer :   Entre voleurs et volés tout pays est habité.   
Texte à méditer :   Toute beauté s'évanouit, et le renom jamais ne périt.   
Texte à méditer :   Mistral, Parlement et Durance sont les trois fléaux de la  Provence.   
Texte à méditer :   L'âne repu trouve les chardons amers.   
Texte à méditer :   Beaucoup d'ânes ne portent pas le bât !   
Texte à méditer :   Qui tient la queue de la poële la tourne d'où il veut !   
Texte à méditer :   Qui a bien dîné croit les autres repus.   
Texte à méditer :   Qui n'a que des chèvres aura vite tondu.   
Texte à méditer :   Sans berger, mille brebis ne font pas un troupeau.   
Texte à méditer :   Au plumage et à la chanson on reconnaît l'oiseau.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux une abeille que mille mouches !   
Texte à méditer :   L'âne se reconnaît aux oreilles, et le fou au parler.   
Texte à méditer :   Langue muette n'a jamais été battue.