Recherche
 
Fermer
 
Vous êtes ici :   Accueil » Assemblée generale 2016 - Compte rendu
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
La Boutique

      +Visitez la boutique en ligne de l'AELOC

        bouton_boutique.png

      +Téléchargez notre catalogue .pdf

      LibreEscolan[1].jpg     lorei2[1].jpg

     Contact commandes: 

      Corrièu    E-mél
La Tarasca/o
Ce que nous faisons
Adhésion en ligne

     Vous pouvez adhérer à l'AELOc depuis le site, et régler votre cotisation en ligne.

Enseignement
Lu dans le journal...
Vidéos
Archives
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://www.aeloc.fr/data/fr-articles.xml

Compte-rendu de l’Assemblée Générale de l’AELOC
Samedi 25 Juin 2016 à Aix en Provence


Excusés : Mireille Bastet, Sandy Blanc, Annette Cottin, Jean-Claude Bouvier, Gilles Maille


1. Rapport moral, rapport d’activité
L’AELOC fêtera dans un an et demi son trentième anniversaire. On peut constater qu’elle a conservé le cap qu’elle s’était fixé : ouvrir un espace à tous les défenseurs de la langue d’oc qui voulaient la promouvoir et la transmettre dans notre région. C’est le sens naturel de son engagement dans l’aventure du Forum d’Oc qui a prouvé que notre entreprise était possible. Peu nombreux étaient les espaces où mistraliens et occitanistes pouvaient travailler ensemble, mais ils se sont aujourd’hui multipliés, et nous pouvons dire à notre exemple. Nous pensons au journal Aquò d’Aquí, qu’il nous faut aider à sauver ; au CEP d’Oc, qui a la lourde tâche de survivre à la mort de trois de ses piliers qui étaient aussi des membres et des amis de l’AELOC, Lucien Durand, Jean Saubrement et Jean-Pierre Belmon. Nous pensons au CREDDO de Graveson, et à tous les groupes plus modestes qui, sur le terrain des réalités quotidiennes, ont compris que l’urgence de sauver la langue, de quelque manière qu’on s’y prenne, nous rassemblait tous. Il y en a certes qui refusent l’idée même de la langue comme unité, à l’opposé de ce qu’ont toujours eu en commun les occitanistes et les mistraliens même au temps de leurs batailles fratricides. Nous pensons que leur obstination met la langue en danger. Parmi eux il en est qui veulent réellement la mettre en pièces au nom d’une obsession de la pureté et d’une référence imaginaire, qui seraient prêts à la faire mourir plutôt que de la voir vivre avec leurs contradicteurs. Mais il en est qui sont sincères et capables d’évoluer. A ceux-là, nous ne fermerons jamais la porte.
Nous avons été défiés sur trois fronts. Le plus grave, sans doute, les attaques du terrorisme qui sont porteuses de tous les dangers imaginables pour nous et pour le bateau national où nous sommes embarqués : nous l’avons côtoyé le jour de notre colloque. Ensuite le désastre politique qui, depuis les modestes avancées de 2000, ont bloqué toute politique de la langue tant au niveau régional que national, et spécialement au niveau de l’enseignement. Enfin, la situation nouvelle où nous avons été mis par la décision de la zone languedocienne de prendre pour nom « Occitanie », qui va créer une énorme entrave dans le mouvement occitaniste et aussi mistralien, en jetant dans l’affirmation de l’unité de la langue une perturbation dont nous n’avions pas besoin.


Le bilan d’action de l’année
Face à cela, l’AELOC doit trouver son chemin avec ses forces, à son niveau certes modeste, mais qui compte dans le mouvement de promotion de la langue. Ce n’est pas rien que 168 adhérents à jour de leur cotisation, une cinquantaine qui a négligé de se mettre en règle, et 1 200 militants ou sympathisants qui reçoivent nos informations à partir de notre lettre d’information électronique.
a) Le colloque
Le colloque de 2015, sur le thème La langue d’oc et la chanson contemporaine, a été une
incontestable réussite. Nous reprenions le cours de cette manifestation bisannuelle après quatre ans d’interruption, étant donné que nous avons sauté l’année 2013 pour laisser place au colloque qui a fondé le Forum d’Oc à Marseille. Nous avons eu une centaine de participants, malgré la date au lendemain des attentats de Paris qui ont découragé beaucoup de participants. Nous avons bénéficié d’intervenants de grande qualité, tant pour le bilan de la situation scolaire que sur le thème lui-même, des partenaires qui ont assuré le succès des stands de vente et des expositions, et un excellent accueil du village d’Eygalières dont plusieurs entreprises ont adhéré au Forum d’Oc.
b) Les interventions en milieu scolaire
Les Cantejadas ont été exportées à Digne, elles ont concerné 610 élèves, 27 classes, plus de 2 000 spectateurs.
Les interventions sur le thème des Contes de Provence ont concerné les écoles de Digne, Oraison, Volonne, Le Thor ; les collégiens de Fayence et de Montauroux ; la Fête du Livre à l’École de la Nativité à Aix en Provence. Rémy Salamon et André Gabriel ont pu exploiter le projet d’éducation artistique et culturelle de la Ville d’Aix en Provence (origine de la langue, sa réalité d’aujourd’hui, travail sur les instruments traditionnels) ; ils ont également donné le spectacle qu’ils ont créé, lo Viòulon dei Bòscs, pour deux classes de cette ville. Les trois pièces théâtrales proposées ont donné lieu à 11 représentations : « Lo cese de Bertrand» par la Compagnie Gargamèla à l’école maternelle Cazan-Vernègues ; « Le Violon des bois » par André Gabriel et Rémy Salamon au Théâtre de la MJC Bellegarde à Aix-en-Provence pour les écoles E. Peisson de Luynes et Val Saint-André. Enfin, « Le Murmure du pastre » est un spectacle de Noël dont quatre représentations sont déjà programmées pour cette fin d’année à Forcalquier, à La Ciotat, à Cuers.
Pour les carnavals, entre le 20 Février et le 24 Avril, huit écoles ont accueilli le Trio Petaçons, soit quarante sept classes maternelles et élémentaires, à Orange, Le Brusquet, La Bréole, Cazan-Vernègues, Bollène, Solliès-Pont, Ongles, Puymichel-Le Castellet, Les Vignères, Cavaillon, La Farlède, La Roque d’Anthéron, Gignac-La Nerthe, et 7 classes à Marseille. Chacune de ces classes a bénéficié, dans le cadre de la préparation au carnaval, d’ateliers d’apprentissage de danses traditionnelles et de chants en occitan-langue d’oc. Cela représente trente demi-journées d’intervention.
c) Les relations avec l’Éducation Nationale
L’AELOC finance, par une convention de partenariat avec l’ESPÉ de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et par un financement du Conseil Régional et du Conseil Départemental des Alpes de Haute Provence, une Unité d’Enseignement optionnelle à bonus de 36 heures d’initiation à la langue d’oc dans le master Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation, et cela dans les quatre sites de l’ESPÉ d’Aix, d’Avignon, de Digne et de Marseille.
L’AELOC participe aux réunions de la Commission Départementale de la langue régionale des Bouches du Rhône. Le Rectorat, en revanche, n’a pas réuni, depuis plus d’un an et demi, le Conseil académique de la langue régionale. L’AELOC participe aux démarches de protestation conduites par les associations de langue régionale afin d’obtenir la réunion de cette instance statutaire. Elle est intervenue à plusieurs reprises auprès de la Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale de Vaucluse et auprès des Principaux des collèges concernés au sujet des difficultés qui ont affecté cette année la prise en compte de la langue régionale dans la nouvelle organisation de la classe de 6° ; elle a obtenu qu’elle soit rétabli à Orange. Notre secrétaire Alain Barthélemy-Vigouroux a été reçu par le Directeur Académique des services de l’Éducation Nationale des Bouches du Rhône, à qui ont été exposées nos revendications pour ce département : restitution du 4° poste de la Mission de Langue Régionale, extension à tout le département du système des écoles semi-bilingues, le rétablissement du groupe de travail départemental sur les langues régionales.
d) L’information
L’AELOC entretient en permanence un site Internet d’information très détaillé accompagné d’une lettre d’information qui signale les principaux événements de l’Association et de ses partenaires. Elle publie trois fois par an le bulletin d’information sur papier La Tarasca-La Tarasco. Enfin notre secrétaire adjointe Marie-Françoise Lamotte a créé une page Facebook pour l’AELOC.
e) Actions menées en partenariat
L’AELOC continue à financer le Prix des Jeunes pour moitié avec l’Association Culturelle Provençale de Ventabren. Elle est engagée dans le projet « Pédagomix », création de médias pour l’enseignement en collèges, organisé par le Conseil Départemental des Bouches du Rhône en partenariat avec le CEP d’Oc et l’association Lou Prouvençau à l’Escolo. Enfin, un travail en commun avec les éditions de jeunesse Auzou a abouti à la traduction en provençal de l’album « Lo lop que voliá cambiar de color ». L’AELOC assure un stage mensuel d’initiation et de perfectionnement en provençal en partenariat avec le Groupe d’Études Provençales de Cucuron, et une initiation au provençal avec l’Association Culturelle Provençale de Ventabren.
Notre association est fédérée aux autres associations d’enseignement occitanes dans la Fédération des Enseignants de langue et culture d’Oc (FELCO), avec qui notre secrétaire
adjointe Marie-Françoise Lamotte assure une relation suivie. Enfin, elle entretient des relations régulières avec plusieurs syndicats d’enseignants, dont le SNES et le SNUIPP.
L’AELOC est membre fondateur du Forum d’Oc de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de l’AGEFOC qui en assure la gestion ; elle est chargée du secrétariat du Forum. En liaison avec l’Association des Professeurs de langue régionale de l’Académie de Nice, elle participe activement à la Commission Enseignement et Formation du Forum d’Oc.
L’AELOC est membre du Comité Provençal de la Sainte Baume, qui travaille sur la préparation du Parc Régional en projet.
L’AELOC a participé aux États Généraux de Provence organisés par le Conseil Départemental des Bouches du Rhône.


Le rapport moral et le rapport d’activité sont mis aux voix et approuvés à l’unanimité.


Alain Barthélemy-Vigouroux est reconduit dans ses fonctions de représentant de l’AELOC auprès du Forum d’Oc.


2. Rapport financier
Le trésorier Jean-Pierre Reynaud présente le rapport financier. Il est approuvé à l’unanimité.


3) Projets et perspectives
a) Interventions en milieu scolaire
Le catalogue des propositions culturelles de l’AELOC aux établissements sera envoyé à la rentrée à toutes les écoles et établissements secondaires de la région dans lesquelles
l’association dispose d’un contact. Rappelons que l’AELOC prend en charge la gestion et les formalités des animations, et les formations qui y sont liées ; elle assure 70 % du budget.
Elle proposera une vingtaine de représentations théâtrales à destination du public scolaire. Elle offrira la participation du musicien André Gabriel à cinq projets musicaux sur le thème des instruments traditionnels. Elle va mettre au point des ateliers « Danses traditionnelles « et « Création de Contes », selon une formule souple qui propose aux établissements l’intervention d’un des animateurs de l’AELOC pour le montage du projet choisi et la création d’un lien avec le milieu des familles et des associations.
Enfin, une vingtaine d’interventions de Rémy Salamon, en français ou en langue d’oc seront proposées sur le thème du conte traditionnel.
L’AELOC a travaillé à la constitution d’un nouveau répertoire pour les Cantejadas 2017 qui se dérouleront à Aix-en-Provence le 13 Mai. 26 classes ont été retenues, soit 596 enfants venant d’Aureille, Eygalières, Cazan-Vernègues, Puyloubier, Gréasque, Aubagne et Aix-en-Provence.
b) Relations avec l’Éducation Nationale
L’AELOC reconduira son programme d’intervention auprès des quatre sites de l’ESPÉ de l’Académie d’Aix-Marseille si les collectivités territoriales continuent d’en assurer le financement. Cette intervention est jugée prioritaire. Elle poursuivra son action ordinaire d’aide aux enseignants et de réponse à leurs problèmes, de dénonciation des dysfonctionnements et des mesures négatives pour la langue, de participation aux instances de concertation et de travail permanent avec leurs membres.
En matière de revendication, elle continuera de réclamer le rétablissement de tous les moyens supprimés ou réduits ; une formation professionnelle initiale et continue pour tous les enseignants ; la régularisation de tous les moyens existant sur le territoire régional (un poste entier de conseiller pédagogique par département ; une commission de la langue régionale dans chaque département ; l’extension du statut des écoles semi-bilingues à l’ensemble de la région, etc.) ; l’accroissement de l’offre d’enseignement par la définition de politiques académiques et régionales mettant en place un plan de développement de la langue.
c) Édition
L’AELOC envisagera, selon les moyens dont elle disposera, de favoriser les projets suivants:
Le Chansonnier des Cantejadas permettra aux écoles de disposer des textes et partitions de l’ensemble des créations qui ont été interprétées dans les diverses manifestations.
La réédition des livrets « Langue et culture d’oc à l’école » est également en chantier.
Après une concertation avec nos adhérents membres de la Mission de Langue Régionale des Bouches du Rhône, deux projets sont à l’étude : une édition d’un livret rassemblant les textes utilisés comme référence dans la méthode « La Malette Pédagogique » ; un document à destination des familles présentant la langue et les avantages de son enseignement.
Le texte bilingue des Mémoires d’un ouvrier italien dans la région marseillaise à la Belle
Époque est sur le point d’être achevé ; il a été retardé par la nécessité de numériser à
nouveau le texte italien dont on n’a pas pu retrouver la version numérisée originale.
d) L’ensemble des activités permanentes de l’AELOC seront naturellement reconduites,
notamment l’exploitation du site Internet, les actions d’information, la page Facebook,
l’action auprès des élus et des administration en faveur de la promotion de la langue, les
activités menées en partenariat, etc.


4. Débats et questions diverses
Diverses interventions permettent de préciser les projets, de recueillir les propositions des partenaires, notamment dans l’exploitation des conventions de vie lycéenne et apprentie offertes par le Conseil Régional.


Date de création : 28/06/2017 - 14:42
Catégorie : Ce que nous faisons - Vie associative
Page lue 2141 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Nouveautés du site
(depuis 45 jours)
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Recopier le code :
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  2081900 visiteurs
  14 visiteurs en ligne

Connectés :
( personne )
Snif !!!
Calendrier
Texte à méditer :   A la foire, beaucoup d'ânes se ressemblent.   
Texte à méditer :   L'argent mène l'homme en enfer, mais lui, il reste à la porte.   
Texte à méditer :   Le bon berger fait le bon troupeau.   
Texte à méditer :   Si en travaillant l'on s'enrichissait, les ânes porteraient le bât d'or.   
Texte à méditer :   Qui n'a bonne tête doit avoir bonnes jambes.   
Texte à méditer :   Chaque pot trouve son couvercle.   
Texte à méditer :   Il est bon de ne rien savoir, on apprend toujours.   
Texte à méditer :   Qui a métier a seigneurie.   
Texte à méditer :   Ami de chacun, ami de personne.   
Texte à méditer :   Si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres devraient l'être.   
Texte à méditer :   Dans le besoin on reconnaît ses amis.   
Texte à méditer :   N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plaît.   
Texte à méditer :   Bâiller comme une jarre sans huile.   
Texte à méditer :   Mistral du samedi n'a jamais vu le lundi.   
Texte à méditer :   Bon et mauvais, comme la langue.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux un hareng sur le pain qu'un pigeon qui vole.   
Texte à méditer :   Qui trop serre l'anguille, l'anguille lui échappe.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux glisser du pied que de la langue.   
Texte à méditer :   Qui manie les pierres s'écrase les doigts.   
Texte à méditer :   Il ne faut pas acheter un chat dans un sac.   
Texte à méditer :   Le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit.   
Texte à méditer :   Le pain dur tient la maison sûre.   
Texte à méditer :   Le courage se reconnaît à la guerre, la sagesse à la vie, l'amitié au besoin.   
Texte à méditer :   Entre deux gendarmes, le plus honnête homme du monde a l'air d'un coquin.   
Texte à méditer :   Il faut prendre le temps comme il est, l'argent comme il vient, les gens comme ils sont.   
Texte à méditer :   Qui sème des épines n'aille pas nus-pieds.   
Texte à méditer :   Si la barbe donnait la science ou si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres seraient toutes docteurs.   
Texte à méditer :   Le temps et l'usage rendent l'homme sage.   
Texte à méditer :   On ne fait pas le civet avant d'avoir le lièvre.   
Texte à méditer :   Qui a bien mangé croit les autres rassasiés.   
Texte à méditer :   Qui prend toujours et jamais ne donne, à la fin, chacun l'abandonne.   
Texte à méditer :   Un peu d'aide ne fait jamais de mal, beaucoup d'aide fait grand bien.   
Texte à méditer :   Entre voleurs et volés tout pays est habité.   
Texte à méditer :   Toute beauté s'évanouit, et le renom jamais ne périt.   
Texte à méditer :   Mistral, Parlement et Durance sont les trois fléaux de la  Provence.   
Texte à méditer :   L'âne repu trouve les chardons amers.   
Texte à méditer :   Beaucoup d'ânes ne portent pas le bât !   
Texte à méditer :   Qui tient la queue de la poële la tourne d'où il veut !   
Texte à méditer :   Qui a bien dîné croit les autres repus.   
Texte à méditer :   Qui n'a que des chèvres aura vite tondu.   
Texte à méditer :   Sans berger, mille brebis ne font pas un troupeau.   
Texte à méditer :   Au plumage et à la chanson on reconnaît l'oiseau.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux une abeille que mille mouches !   
Texte à méditer :   L'âne se reconnaît aux oreilles, et le fou au parler.   
Texte à méditer :   Langue muette n'a jamais été battue.