Vous êtes ici :   Accueil » Assemblée generale 2020
    Imprimer la page...

Assemblée generale 2020

Compte-rendu de l’Assemblée Générale tenue par vidéo-conférence
le Samedi 26 Septembre 2020 à 15 heures


Liste des Présentes et Présents

Mesdames

Lucette Agostini
Mireille Combe-Trinquier
Frédérique Durand
Marie-Françoise Lamotte
Sarah Laurent-Zurawczak
Aymeline Recours
Nathalie Wurbel

Messieurs

Alain Barthélemy-Vigouroux
Yves Jestin
Matthieu Poitavin
Jean-Pierre Reynaud
Marc Rivoira
Denis Roux

Liste des membres représentés

Madame Claudette Occelli
Monsieur Joël Bouc

Liste des excusées et excusés

Monsieur Pierre Bonnet
Monsieur Rémy Salamon

Ordre du jour

Rapport moral, rapport d’activité
Rapport financier
Projets
Questions diverses

La Présidente Marie-Françoise Lamotte ouvre la séance et donne la parole au secrétaire Alain Barthélemy-Vigouroux qui présente le rapport moral et le rapport financier.

1. Rapport moral

La situation sanitaire a naturellement entravé l’action de l’AELOC et a retardé la tenue de l’assemblée générale qui se réunit habituellement en Juin, et a été repoussée en Septembre, où elle se tient ce jour par vidéo-conférence pour des raisons sanitaires.

Malgré ces inconvénients, l’action de l’AELOC a été maintenue dans ses différents domaines d’intervention et dans la continuité de nos engagements. Le XIII° colloque de notre association a pu se tenir comme prévu à La Ciotat. Il a été l’occasion de célébrer les trente ans de l’AELOC et de démontrer notre fidélité à nos objectifs et à nos partenariats. Il a consacré nos liens avec le mouvement laïque, établi depuis la création de l’AELOC, et manifesté à cette occasion par l’intervention du vice-président de l’Union sportive de l’enseignement du premier degré et la présence active de notre représentante auprès des instances départementales de la Ligue de l’Enseignement.

L’AELOC a d’autre part été signataire de l’appel national « Pour que vivent nos langues », et fait partie du collectif qui en est résulté, avec deux de ses partenaires privilégiés, le Félibrige et l’Institut d’Études Occitanes, qu’elle rencontre régulièrement dans les instances du Forum d’Oc de Provence-Alpes-Côte d’Azur dont  elle est l’un des membres fondateurs et dont elle assure le secrétariat permanent. Ce partenariat correspond à la volonté de l’AELOC de faciliter la connaissance mutuelle et les échanges entre les différents courants culturels qui portent la transmission de la langue d’oc ou langue occitane dans le respect conjoint de son unité et de sa diversité.

L’AELOC a continué à s’ouvrir à tous ceux qui transmettent notre langue ou soutiennent son enseignement : enseignants publics et privés, enseignants bénévoles, acteurs de la promotion de la langue. Elle fait partie des instances du Conseil Académique de la langue régionale de l’Académie d’Aix-Marseille, et se coordonne avec l’Association des professeurs de langue régionale de l’Académie de Nice, adhérente comme l’AELOC de la Fédération pour l’Enseignement de la langue d’oc au niveau national.  Cette position  l’engage, au côté des syndicats d’enseignants, des élus et des militants culturels, à promouvoir les revendications communes  du mouvement de défense des langues de France à l’égard des décisions nationales ou locales qui affectent l’enseignement de nos langues, particulièrement dans une période où les décisions du pouvoir et de l’administration le mettent à rude épreuve.

2. Rapport  d’activités

a) Le XIII° colloque de l’AELOC et le trentième anniversaire de l’association

Le colloque s’est tenu le  23 Novembre 2019, accueilli par la Ville de La Ciotat dans les locaux de la Maison de la pédagogie, grâce à l’implication  vigoureuse de l’Adjointe aux affaires scolaires, Mireille Benedetti, et la collaboration exemplaire de l’équipe des services municipaux, Malgré les exceptionnelles intempéries qui ont marqué cette journée, l’assistance a été encore plus nombreuse que lors du précédent colloque. Le thème de la relation entre la langue et la pratique sportive a permis une étroite relation avec les associations locales et ouvert des perspectives originales qui ont nourri les débats en offrant à l’ensemble des participants de multiples occasions d’échanges et de projets. L’ambiance dynamique et festive qui préside à ce type de manifestation a été encore rehaussée par l’émouvante prestation musicale de Renat Sette qui préludait en fin de journée à la célébration de l’anniversaire.    

b) Les interventions auprès des écoles

Les projets culturels ont fait l’objet d’une proposition largement diffusée auprès des établissements d’enseignement de la région. Mais la situation sanitaire a gravement affecté leur réalisation, et bon nombre des interventions prévues ont dû être annulées.
Néanmoins ont pu être menés à bien les ateliers de danse traditionnelle  à Cabriès, Forcalquier, Cavaillon, Château-Arnoux, La Motte du Caire ; l’atelier de musique traditionnelle à Cazan-Vernègues ainsi que le spectacle « Le violon des bois », également donné à l’école maternelle du Parc Kallisté à Marseille, et le travail sur le Carnaval traditionnel  pour l’école maternelle de la Trébillane à Cabriès.

Le confinement a été mis à profit par les conseillers pédagogiques de langue régionale des Bouches du Rhône et de Vaucluse, tous membres de l’AELOC, pour créer des tableaux virtuels interactifs ou padlets, et un espace  collaboratif pour  mutualiser les documents pédagogiques créés par les enseignants. Bien que ces actions aient été menées à titre professionnel, l’implication qu’elles ont exigée dépasse largement les limites du temps rémunéré et s’inscrit dans l’activité bénévole de nos militants associatifs.  

Pour faciliter l’emploi de la méthode d’apprentissage du provençal Parli, parles, parla de Rémy Salamon éditée par l’AELOC, l’ensemble des textes du manuel ont été enregistrés et mis à disposition sur le site de l’association. Un guide pour l’utilisateur est en cours de mise au point par l’auteur et sera disponible de même.

c) Les Cantejadas

Cette importante manifestation de chant choral provençal prise en charge par l’AELOC pour le public scolaire n’a pu être menée jusqu’à son terme à cause de la situation sanitaire. Le nombre de classes participantes a dû être réduit, et a concerné les écoles d’Aix en Provence, de Gréasque et de Puyloubier. Après le départ à la retraite de notre collègue Gilles Maille, conseiller pédagogique de musique et parfait connaisseur de l’occitan provençal, l’assistance en matière musicale a été fournie par l’autrice-compositrice-interprète Liza, qui maîtrise parfaitement la langue. L’achèvement du projet est prévu pour le printemps 2021.

d) L’information

Le bulletin de l’association La Tarasca a continué à être rédigé et diffusé comme précédemment. Notre collègue Jean-Pierre Reynaud  assure le fonctionnement du site informatique de l’AELOC et la diffusion de sa lettre d’information, qui compte 1200 abonnés. Notre présidente Marie-Françoise Lamotte assure le fonctionnement de la page Facebook de l’association.

e) La formation

L’AELOC a continué à financer, par convention avec l’Institut national supérieur du professorat et de l’Education de l’Académie d’Aix-Marseille, le fonctionnement de l’Unité d’Enseignement optionnelle à bonus dans le master Métiers de l’enseignement et de la formation pour les futurs professeurs des écoles. Pour l’année scolaire 2019-2020, cet enseignement a pu être mis en place dans le site d’Avignon, où il a été assuré par Marc Rivoira, conseiller pédagogique de langue régionale, dans celui de Digne, où il a été assuré par Cécile Pélissier, professeur des écoles, et dans celui d’Aix en Provence, où il a été assuré par Patricia Forien, conseillère pédagogique de langue régionale. Le site de Marseille n’a pas réussi à le mettre en place dans ses horaires.

L’AELOC a continué à assurer une action d’initiation et de perfectionnement au provençal à Ventabren et à Cucuron, en partenariat avec l’Association provençale de Ventabren et l’Association La Vida en Oc.

f) Les relations avec l’administration de l’Education Nationale

L’AELOC, en tant que membre du Conseil Académique de la langue régionale de l’Académie d’Aix-Marseille, se coordonne avec ses partenaires associatifs, syndicaux et élus pour promouvoir les revendications qui ont été élaborées dans la cadre du collectif Pour que vivent nos langues et adoptées par le Forum d’Oc de Provence-Alpes-Côte d’Azur, et les fédérations régionales qui l’ont constitué, Félibrige IEO, APLR, Calandretas.

Parmi ces revendications figure la création du concours spécial langue régionale pour le recrutement des professeurs des écoles, qui n’a jamais été ouvert dans l’Académie d’Aix-Marseille, alors qu’il l’est depuis longtemps à Nice, Montpellier, Toulouse et Bordeaux. Le Recteur a promis d’en étudier la possibilité.

Outre les difficultés résultant de décisions nationales, comme celles qui résultent de la réforme du baccalauréat et de l’inégalité de coefficient défavorisant les langues de France, celles qui résultent de décisions locales continuent à être l’objet de démarches régulièrement renouvelées auprès des administrations : elles concernent par exemple l’absence de conseillers pédagogiques de langue régionale dans les départements alpins et l’Académie de Nice ; la suppression d’un des trois postes de conseillers pédagogique des Bouches du Rhône, l’absence totale d’enseignement d’occitan-langue d’oc dans le département des Hautes Alpes, et les diminutions d’horaires dans divers établissements du second degré.    

g) Les partenaires associatifs

Le partenariat qui mobilise en priorité l’AELOC est celui qui la lie au Forum d’Oc de Provence-Alpes-Côte d’Azur et qui l’amène à assurer la charge de son secrétariat permanent, en liaison avec le Félibrige, l’IEO, l’APLR, l’ASOC des Alpes de haute Provence et la Fédération provençale des Calandretas.

Le partenariat avec la Ligue de l’Enseignement continuera à être assuré par notre collègue Lucette Agostini, que nous remercions pour son action.

L’AELOC a participé comme les années précédentes au financement par moitié du Prix des Jeunes décerné dans le cadre du Grand Prix Littéraire de Provence organisé par l’Association culturelle provençale de Ventabren.

L’enregistrement des textes de la méthode Parli, parles, parla a été effectué au CEP d’Oc avec les moyens mis à notre disposition gracieusement par l’association.

L’édition du texte bilingue provençal-italien a été possible grâce au partenariat très efficace de la Cumpagnia de l’Urivu, association de mise en valeur du patrimoine de la ville d’Imperia en Ligurie.

h) Edition et diffusion

Rémy Salamon assure la diffusion et la gestion du stock de livres édités par l’AELOC et l’héberge gratuitement dans ses locaux personnels. Qu’il en soit à nouveau remercié.

Le manuel de Roland Boyer « Apprentissage du provençal », fiches de l’élève et livre du maître, est en cours d’impression en partenariat avec l’éditeur Edisud à Saint Rémy de Provence.  Ce matériel élaboré avec le concours d’une nombreuse équipe d’enseignants répond aux besoins de la classe de CE2 jusqu’à la sixième.

L’édition du texte de Giambattista Cane, Un emigrat italian dins la regien marselhesa a la Bèla Epòca, constitue un témoignage autobiographique rare sur cet événement si important pour la Provence. Le choix de présenter le texte italien avec une traduction occitane en regard répond à la fois au besoin de faire connaître au public scolaire ou adulte un document exceptionnel, et de fournir un matériau utilisable dans la perspective de la communication spontanée entre langues romanes qui demeure un des objectifs fondamentaux de l’AELOC. L’ouvrage est actuellement sous presse.

La discussion est ouverte sur le rapport moral et le rapport d’activités. Denis Roux s’inquiète de la continuité du projet de La Ciotat. Une démarche sera mise en place pour étudier comment il va être prolongé dans l’avenir immédiat.

Matthieu Poitavin et Sarah Laurent attirent l’attention sur les grandes difficultés qui s’élèvent pour l’enseignement de l’occitan-langue d’oc spécialement dans les lycées. Sans se substituer aux syndicats, on rappelle que l’AELOC a vocation a défendre la discipline, et donc qu’elle peut intervenir sur des situations spécifiques ou globalement sur une situation générale  à la demande de ses membres.

Matthieu Poitavin se demande si des Colloques de l’AELOC pourraient se tenir ailleurs que dans les Bouches du Rhône. La chose est parfaitement possible si une équipe locale propose un projet.

Aymeline Recours qui vient d ‘être admise au CAPES d’occitan-langue d’oc fait état des lacunes dans l’offre de formation des stagiaires, notamment de l’impossibilité de préparer un master dans sa discipline. Nathalie Wurbel s’inquiète de cette situation. Une action syndicale serait envisageable. l’AELOC est naturellement prête à la soutenir. Aymeline Recours déplore également que la bibliothèque de l’INSPÉ n’ait pas conservé son fonds provençal. L’AELOC envisagera une démarche et des propositions pour y remédier.  

Le rapport moral et le rapport d’opportunité sont adoptés à l’unanimité.

3. Rapport financier

Les principales sources de financement proviennent des subventions du Conseil Régional, des Conseils Départementaux des Bouches du Rhône et des Alpes de Haute Provence, de la Ville d’Aix en Provence, des cotisations, de la vente des produits, de la participation des écoles aux animations scolaires.

Les comptes sont en équilibre.

Le détail des comptes est porté à la connaissance de l’assemblée.

Le rapport financier est adopté à l’unanimité. Des félicitations sont adressées au trésorier pour la qualité de sa gestion.

4. Les projets

L’ensemble des activités habituelles de l’AELOC seront reconduites.

Le XIV° colloque de l’AELOC est programmé pour Novembre 2021. Le thème envisagé est celui de la langue d’oc et la tradition industrielle en Provence, plus spécifiquement celle des industries extractives, et il pourrait se tenir dans une des villes du bassin minier de Gardanne.

La situation dégradée de l’enseignement de la langue imposera de renforcer notre action auprès des administrations et des pouvoirs publics en étroite liaison avec nos différents partenaires. Dans le domaine de la formation, le projet de mise en place du concours spécial langue régionale par le Rectorat en liaison avec l’INSPÉ sera suivi de près par l’AELOC étant donné notre implication financière et professionnelle dans le cursus des futurs professeurs.

Marc Rivoira rend compte du commencement des interventions à l’INSPÉ pour l’année universitaire 2020-2021 : elles ont débuté dans le site d’Aix et celui d’Avignon, où on déplore cependant que les horaires très incommodes découragent de nombreux étudiants. Nathalie Wurbel a annoncé l’enseignement aux étudiants du site de Marseille, qui est destiné à passer à l’enseignement à distance à brève échéance. Pour le site de Digne, on attend les informations demandées sur la mise en place de l’unité d’enseignement d’occitan-langue d’oc.

Fera également l’objet d’une attention particulière la réalisation d’un document de promotion de la langue auprès des familles des élèves de nos deux Académies, annoncé par le Recteur de celle d’Aix-Marseille sur le modèle de celui qu’a déjà réalisé l’Académie de Nice.   

    Les propositions d’interventions en milieu scolaire pour l’année 2020-2021 sont en cours d’envoi aux établissements et seront détaillées sur le bulletin La Tarasque.
    Sont proposés l’intervention intitulée « Le murmure du pastre » autour des traditions calendales, une autre sur les contes de Provence à partir de l’album édité par l’AELOC, le Carnaval en Provence avec le Trio Petaçons, le conte musical « Le Violon des Bois » sur le thème de l’arrivée du printemps, et l’exposition commentée d’une série de peintures et dessins d’Henri Damofli autour des légendes rhodaniennes.  

    La collaboration avec Liza sera poursuivie, tant pour achever l’actuel projet des Cantejadas  que pour le réitérer à l’avenir en le développant  et pour expérimenter d’autres projets d’activités de chant et de langue en milieu scolaire sur l’aire régionale.

    L’AELOC apportera son soutien dans la mesure de ses moyens à tous les projets d’enseignement de la langue pour lesquels elle sera sollicitée dans les établissements publics ou privés, et elle aidera à l’implantation de la Calandreta de Valréas.

    En matière d’édition, cinq projets sont en chantier :
    La réédition des cinq livrets intitulés « Langue d’oc et culture provençale à l’école » ;
    Celle du chansonnier des Cantejadas, pour que les créations effectuées à cette occasion depuis plus de quinze ans puissent être recueillies et réutilisées en milieu scolaire ;
    Le parler méridional entre Provence et Languedoc.
Il s’agit d’un lexique, travail de notre collègue René Domergue sur les mots “francitans” d’origine occitane dans l’aire des parlers, de Camargue, Cévennes, Provence (rhodanienne, et au-delà), Languedoc (Lunel, Montpellier, Béziers et au-delà). Plus de 3000 mots et expressions entendus dans les années 50-60 en pays de Nîmes, et confrontés au parler des environs. Le manuscrit de ce travail colossal est en cours d’achèvement.
    Et enfin une édition bilingue commentée d’une sélection de textes écrits et enregistrés dans le village luberonnais de Cucuron comme témoignage de la langue naturelle et des pratiques culturelles contemporaines de tradition. Ce dernier projet impliquera un partenariat avec le CEP d’Oc pour l’exploitation des documents enregistrés.

                    A Ventabren le 26 Septembre 2020
                            
                            Alain Barthélemy-Vigouroux
                         Secrétaire de l’AELOC


Date de création : 16/01/2021 10:54
Catégorie : - Vie associative
Page lue 1377 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Formulaire d'adhésion à l'AELOc-paiement sécurisé par CB

      Pour 2021

Propulsé par HelloAsso