En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
Recherche
 
Fermer
 
Vous êtes ici :   Accueil » L’histoire (véritable) de la naissance de la Crau
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
La Boutique

      +Visitez la boutique en ligne de l'AELOC

        bouton_boutique.png

      +Téléchargez notre catalogue .pdf

      LibreEscolan[1].jpg     lorei2[1].jpg

     Contact commandes: 

      Corrièu    E-mél
La Tarasca/o
Ce que nous faisons
 ↑  
Adhésion en ligne

     Vous pouvez adhérer à l'AELOc depuis le site, et régler votre cotisation en ligne.

Enseignement
Lu dans le journal...
Vidéos
Archives
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://www.aeloc.fr/data/fr-articles.xml

L’histoire (véritable !) de la naissance de la Crau

      En ces temps très anciens, le héros Eraklès revenait d'Espagne, pour rentrer chez lui. Il conduisait un troupeau de boeufs à son père, Zeus, roi de tous les Dieux de l’Olympe. Et voilà que, comme il traversait le Languedoc, il se heurta à une rivière immense. « Eh bien, nous la traverserons» se dit-il. Et voilà que des riverains arrivent et, très affolés lui lancent: « Bon Dieu ! Non !  Ne traversez pas le Rhône, car de l'autre côté, les deux géants vous mangeront, tu peux en être certain ! ».

      Eraklès, comme vous le savez, plus fort que tous ses boeufs ensemble, et qui ne craignait personne, le traversa quand même. Une fois arrivé dans une belle plaine, il rencontra deux géants, un homme et une femme. Leur corps se dressait plus haut qu'un cyprès, et ils donnaient de la voix aussi fort que le tonnerre. Ils lui firent : “Quoi ? Les gens de l’autre rive du Rhône ne t'ont pas dit qu’il était défendu de passer par ici !”

- “Si, bien sûr qu'ils m’ont prévenu, braves géants, mais je me moque de cela, car je ne fais que passer pour rentrer chez moi. Alors, adieu et bien le bonjour ! »

      Mais ils le prirent mal, les deux colosses s'emportèrent, et tentèrent d'attraper le brave Eraklès, qui s’échappa rapidement, se mis sous un arbre, pris son arc et leur tira quantité de flèches. Rien à faire, la peau des géants était tellement dure que lei flèches ricochaient dessus. Alors les géants devinrent fous de rage, et Eraklès, effrayé, leva les mains pour demander de l'aide à son père : “Oh grand Zeus ! Aide-moi autant que tu le pourras. » Et Zeus de lui envoyer trois aigles qui portaient l’un l’éclair, l’autre le tonnerre, et le troisième le mistral. Mais c'était encore insuffisant pour arrêter les géants.
      Les trois aigles se rendirent alors en Durance, où ils récoltèrent des pierres par milliers, qu'ils jetèrent du ciel sur les géants. Pendant qu'ils essayaient de se protéger contre cette pluie de pierres, Eraklès en profita pour emmener rapidement son troupeau hors de la plaine maudite, et fit route vers la Grèce.
      Les aigles disparus, la plaine apparut comme nous la voyons encore aujourd'hui, couverte de galets. On l'a appelée la Crau.

Crau Damoflioeb.jpg

Photo : Les géants de la Crau bombardés par les aigles de Zeus (Enric Damòfli)

Date de création : 26/08/2010 - 23:42
Dernière modification : 23/01/2011 - 13:36
Catégorie : Enseignement - Les articles d'Aquò-d'Aquí pour la classe

Page lue 11427 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Nouveautés du site
(depuis 45 jours)
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  2116435 visiteurs
  6 visiteurs en ligne

Connectés :
( personne )
Snif !!!
Calendrier
Texte à méditer :   A la foire, beaucoup d'ânes se ressemblent.   
Texte à méditer :   L'argent mène l'homme en enfer, mais lui, il reste à la porte.   
Texte à méditer :   Le bon berger fait le bon troupeau.   
Texte à méditer :   Si en travaillant l'on s'enrichissait, les ânes porteraient le bât d'or.   
Texte à méditer :   Qui n'a bonne tête doit avoir bonnes jambes.   
Texte à méditer :   Chaque pot trouve son couvercle.   
Texte à méditer :   Il est bon de ne rien savoir, on apprend toujours.   
Texte à méditer :   Qui a métier a seigneurie.   
Texte à méditer :   Ami de chacun, ami de personne.   
Texte à méditer :   Si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres devraient l'être.   
Texte à méditer :   Dans le besoin on reconnaît ses amis.   
Texte à méditer :   N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plaît.   
Texte à méditer :   Bâiller comme une jarre sans huile.   
Texte à méditer :   Mistral du samedi n'a jamais vu le lundi.   
Texte à méditer :   Bon et mauvais, comme la langue.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux un hareng sur le pain qu'un pigeon qui vole.   
Texte à méditer :   Qui trop serre l'anguille, l'anguille lui échappe.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux glisser du pied que de la langue.   
Texte à méditer :   Qui manie les pierres s'écrase les doigts.   
Texte à méditer :   Il ne faut pas acheter un chat dans un sac.   
Texte à méditer :   Le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit.   
Texte à méditer :   Le pain dur tient la maison sûre.   
Texte à méditer :   Le courage se reconnaît à la guerre, la sagesse à la vie, l'amitié au besoin.   
Texte à méditer :   Entre deux gendarmes, le plus honnête homme du monde a l'air d'un coquin.   
Texte à méditer :   Il faut prendre le temps comme il est, l'argent comme il vient, les gens comme ils sont.   
Texte à méditer :   Qui sème des épines n'aille pas nus-pieds.   
Texte à méditer :   Si la barbe donnait la science ou si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres seraient toutes docteurs.   
Texte à méditer :   Le temps et l'usage rendent l'homme sage.   
Texte à méditer :   On ne fait pas le civet avant d'avoir le lièvre.   
Texte à méditer :   Qui a bien mangé croit les autres rassasiés.   
Texte à méditer :   Qui prend toujours et jamais ne donne, à la fin, chacun l'abandonne.   
Texte à méditer :   Un peu d'aide ne fait jamais de mal, beaucoup d'aide fait grand bien.   
Texte à méditer :   Entre voleurs et volés tout pays est habité.   
Texte à méditer :   Toute beauté s'évanouit, et le renom jamais ne périt.   
Texte à méditer :   Mistral, Parlement et Durance sont les trois fléaux de la  Provence.   
Texte à méditer :   L'âne repu trouve les chardons amers.   
Texte à méditer :   Beaucoup d'ânes ne portent pas le bât !   
Texte à méditer :   Qui tient la queue de la poële la tourne d'où il veut !   
Texte à méditer :   Qui a bien dîné croit les autres repus.   
Texte à méditer :   Qui n'a que des chèvres aura vite tondu.   
Texte à méditer :   Sans berger, mille brebis ne font pas un troupeau.   
Texte à méditer :   Au plumage et à la chanson on reconnaît l'oiseau.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux une abeille que mille mouches !   
Texte à méditer :   L'âne se reconnaît aux oreilles, et le fou au parler.   
Texte à méditer :   Langue muette n'a jamais été battue.