Recherche
 
Fermer
 
Vous êtes ici :   Accueil » “Dictadas”, de la convivialité partout...
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
La Boutique

      +Visitez la boutique en ligne de l'AELOC

        bouton_boutique.png

      +Téléchargez notre catalogue .pdf

      LibreEscolan[1].jpg     lorei2[1].jpg

     Contact commandes: 

      Corrièu    E-mél
La Tarasca/o
Ce que nous faisons
 ↑  
Adhésion en ligne

     Vous pouvez maintenant adhérer à l'AELOc depuis le site, et régler votre cotisation en ligne.

Enseignement
Lu dans le journal...
Vidéos
Archives
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://www.aeloc.fr/data/fr-articles.xml

 
CONVIVIAL
 
“Dictadas”, de la convivialité partout...

      « La Dictada » a été l’événement de ce samedi 29 janvier 2011 dans cinquante villes occitanes, plus Barcelone et Paris. En Provence et dans les Alpes elle a été organisée dans une dizaine de villes dont Nîmes, Gap, Nice, Carnoules et Orange, avec Joeu Boc, Lisa Gros, Michèu Prat, Joan Pèire Baquié, Reinat Toscano et Bernat Vaton nous pouvons vous proposer ce compte rendu en provençal rhodanien, maritime, et en occitan alpin, et dans les deux graphies de l’occitan, que nous vous laissons deviner…

      Dans plusieurs villes, les « dictadas », une fois de plus, furent le moment idéal qui allie convivialité et militantisme pour la langue régionale. « Segur que m’agrado fouarço d’aprene lou prouvençau » nous dit Emilie, une jeune fille venue avec son père de l’école de Raphèle-les-Arles, dans les Bouches-du-Rhône. Dans la salle Gérard Philippe, ils sont venus une trentaine de braves Arlésiens, et même deux élus locaux pour assurer Viviane Roux, l'institutrice et organisatrice de cette journée, de leur intérêt.

      Ce moment particulier, une dizaine de villes de Provence et des Alpes le vivent. Partout, les gens se rassemblent pour une simple dictée, ils prennent plaisir à cette épreuve, ils trouvent une occasion pour se parler en "lengo nosto". C'est déjà  beaucoup.

      C'est le moment de la distribution des prix, les sourires des enfants, l’entrain de leurs parents qui voient si bien valorisé le parler de leur progéniture, la couronne des Rois, le jus de fruits qui coule…et pas tellement de fautes finalement, tout pour passer une belle journée, avec pluie dehors, mais soleil à l'intérieur!

      Arles n'était pas la seule ville dans laquelle on a organisé “la dictada” dans les Bouches-du-Rhône, beaucoup de monde aussi à Septèmes. “Quarante aperaqui” nous dit Joël Bouc, un des organisateurs de la journée. Un regret : “Onte son passats lei drolles ?” nous dit-il. L’an prochain, c'est sûr, il faudra essayer de mobiliser un centre continu comme ils l'ont fait à Raphèle.

 
A Nîmes bien soutenue

      A Nîmes, par exemple, 75 personnes étaient présentes à la “Dictada Occitana” organisée par la section du Gard de l’IEO. Cette année, beaucoup plus d'enfants et de jeunes furent accueillis.

      L’aide de nos partenaires est importante : Région Languedoc/Roussillon, Conseil Général du Gard, Ville de Nîmes, Entreprise Haribo, Régis Heyraud pour la sonorisation. Cela a permis la remise des quinze prix ainsi que le goûter offert par la Mairie.
Des listes de prix prisés de tous : des CD et DVD, des livres, des tee-shirts, des casquettes, des stylos, des autocollants, des bons de participation à l’Université Occitane d’Eté, un abonnement offert au journal « La Setmana » et des friandises de toutes sortes qui régalèrent petits et grands.

 
Orange des jeunes

      Et à Orange, Bernard Vaton nous écrit cela :
La “Dictada” d'Orange s'est déroulée au lycée de l'Arc. Les inscriptions ont commencé à 13h.30 et la dictée à 14h.30. Il y a eu une première dictée pour les élèves et les collégiens. Puis la dictée pour les lycéens, étudiants et adultes. En tout nous avons eu 64 participants. Beaucoup de jeunes cette année et moins d'adultes que les autres années. Pendant la correction nous avons regardé un film sur la "Caminada per Occitania" organisée par les "Gens dau Ventor".
Puis les lycéens nous ont donné un spectacle en provençal sur la vie dans une classe de provençal au lycée.

DictadaOrange.jpg
  1. Les lycéens de l’Arc en scène autour de leur prof Matthieu Poitevin.(photo AA)
 
A Gap tous gagnants!

      André Faure, président des « Rescontre Gapian », présente la dictée. Il donne le cadre général : une cinquantaine de villes d'Occitanie et de Catalogne participent cette année à la manifestation. L'idée, partie de Castres (Centre Occitan du Pays de Castres), a fait son chemin, peu à peu et devient aujourd'hui, une institution importante de la sauvegarde et de la promotion de la langue occitane.
La dictée ne sera pas une compétition. Les erreurs ne sont pas décomptées. Ce qui est important, c'est de se faire plaisir, de vivre un moment agréable de convivialité, une rencontre sans enjeu de pouvoir afin que chacun reparte avec son prix : il y a des cadeaux pour tout le monde. Pas de premier, pas de dernier, tout le monde est gagnant.

DictadaGap.jpg
Une journée de détente et d’amitié organisée par le Rescontre Gapian
autour de l’auteur Joan Garnier.
(photo AA)
 
 
A Nice, deux « dictadas »

      De son côté, l’IEO-06 organisait à Nice pour la quatrième fois la « dictada occitana ». Des gens venus des deux cours de langue du Gramon et du cours IEO-06 à Drap répondirent à l'appel : 32 personnes présentes. Jean-Luc Gag, professeur d’occitan-Langue d’oc, écrivain et homme de théâtre, présenta la dictée extraite d’une de ses nouvelles (Regal), avant de la lire.

Au Centre Culturel Occitan, une autre dictée était organisée. Il y avait 15 participants, qui avaient un texte de Menica Rondelly (1854-1935), connu pour être l'auteur de la chanson "Nissa la bèla", hymne du pays de Nice.

 
Dans le Var les participants sont plus nombreux

      36 candidats venus du Haut-Var comme de la Côte ont composé, c'est à dire un nombre quasiment doublé par rapport à l’an passé. Nous avons noté en particulier la participation de 12 écoliers venus de l’école bilingue Yves Bramerie de Cuers.

Chacun est reparti avec un cadeau ; entre autres choses : livres, journaux (La Setmana, Aquò d’Aquí, Prouvènço Aro), vin (pour les grands), casquettes avec la croix occitane pour les enfants (bien utile pour sortir sous la pluie !). Les donateurs, comme les candidats, étaient plus nombreux que l’an dernier !



Date de création : 20/02/2011 - 14:56
Dernière modification : 20/02/2011 - 17:03
Catégorie : Enseignement - Les articles d'Aquò-d'Aquí pour la classe

Page lue 8445 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Nouveautés du site
(depuis 45 jours)
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>
Captcha reload
Recopier le code :


  2019297 visiteurs
  29 visiteurs en ligne

Connectés :
( personne )
Snif !!!
Calendrier
Texte à méditer :   A la foire, beaucoup d'ânes se ressemblent.   
Texte à méditer :   L'argent mène l'homme en enfer, mais lui, il reste à la porte.   
Texte à méditer :   Le bon berger fait le bon troupeau.   
Texte à méditer :   Si en travaillant l'on s'enrichissait, les ânes porteraient le bât d'or.   
Texte à méditer :   Qui n'a bonne tête doit avoir bonnes jambes.   
Texte à méditer :   Chaque pot trouve son couvercle.   
Texte à méditer :   Il est bon de ne rien savoir, on apprend toujours.   
Texte à méditer :   Qui a métier a seigneurie.   
Texte à méditer :   Ami de chacun, ami de personne.   
Texte à méditer :   Si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres devraient l'être.   
Texte à méditer :   Dans le besoin on reconnaît ses amis.   
Texte à méditer :   N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plaît.   
Texte à méditer :   Bâiller comme une jarre sans huile.   
Texte à méditer :   Mistral du samedi n'a jamais vu le lundi.   
Texte à méditer :   Bon et mauvais, comme la langue.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux un hareng sur le pain qu'un pigeon qui vole.   
Texte à méditer :   Qui trop serre l'anguille, l'anguille lui échappe.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux glisser du pied que de la langue.   
Texte à méditer :   Qui manie les pierres s'écrase les doigts.   
Texte à méditer :   Il ne faut pas acheter un chat dans un sac.   
Texte à méditer :   Le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit.   
Texte à méditer :   Le pain dur tient la maison sûre.   
Texte à méditer :   Le courage se reconnaît à la guerre, la sagesse à la vie, l'amitié au besoin.   
Texte à méditer :   Entre deux gendarmes, le plus honnête homme du monde a l'air d'un coquin.   
Texte à méditer :   Il faut prendre le temps comme il est, l'argent comme il vient, les gens comme ils sont.   
Texte à méditer :   Qui sème des épines n'aille pas nus-pieds.   
Texte à méditer :   Si la barbe donnait la science ou si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres seraient toutes docteurs.   
Texte à méditer :   Le temps et l'usage rendent l'homme sage.   
Texte à méditer :   On ne fait pas le civet avant d'avoir le lièvre.   
Texte à méditer :   Qui a bien mangé croit les autres rassasiés.   
Texte à méditer :   Qui prend toujours et jamais ne donne, à la fin, chacun l'abandonne.   
Texte à méditer :   Un peu d'aide ne fait jamais de mal, beaucoup d'aide fait grand bien.   
Texte à méditer :   Entre voleurs et volés tout pays est habité.   
Texte à méditer :   Toute beauté s'évanouit, et le renom jamais ne périt.   
Texte à méditer :   Mistral, Parlement et Durance sont les trois fléaux de la  Provence.   
Texte à méditer :   L'âne repu trouve les chardons amers.   
Texte à méditer :   Beaucoup d'ânes ne portent pas le bât !   
Texte à méditer :   Qui tient la queue de la poële la tourne d'où il veut !   
Texte à méditer :   Qui a bien dîné croit les autres repus.   
Texte à méditer :   Qui n'a que des chèvres aura vite tondu.   
Texte à méditer :   Sans berger, mille brebis ne font pas un troupeau.   
Texte à méditer :   Au plumage et à la chanson on reconnaît l'oiseau.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux une abeille que mille mouches !   
Texte à méditer :   L'âne se reconnaît aux oreilles, et le fou au parler.   
Texte à méditer :   Langue muette n'a jamais été battue.