En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
Recherche
 
Fermer
 
Vous êtes ici :   Accueil » 25/09/2012Courrier aux députés et sénateurs
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
La Boutique

      +Visitez la boutique en ligne de l'AELOC

        bouton_boutique.png

      +Téléchargez notre catalogue .pdf

      LibreEscolan[1].jpg     lorei2[1].jpg

     Contact commandes: 

      Corrièu    E-mél
La Tarasca/o
Ce que nous faisons
Adhésion en ligne

     Vous pouvez adhérer à l'AELOc depuis le site, et régler votre cotisation en ligne.

Enseignement
Lu dans le journal...
Vidéos
Archives
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://www.aeloc.fr/data/fr-articles.xml

Madame le Député,
Monsieur le Député


Monsieur le Sénateur
Madame le Sénateur

 


      Il nous semble urgent d'attirer votre attention sur un problème grave concernant notre langue régionale, la langue d'oc ou langue occitane, qui s'exprime dans notre région sous la forme du provençal, de l'alpin ou du niçois.

      Nos élus ont été sollicités à plusieurs reprises, et le sont encore actuellement, par un groupe local très remuant qui milite pour la séparation des parlers originaux de notre région d'avec le reste de la langue d'oc, qui est en usage dans les 32 départements du sud de la France, des Alpes aux Pyrénées, selon la formule de Mistral, ainsi qu'au Val d'Aran et au Piémont.

      Ce groupe répand l'idée que l'occitan serait une langue étrangère que l'on voudrait imposer à notre région. Ces propos relèvent soit de l'ignorance, soit de la malveillance. Aucune association de défense de la langue régionale, en Provence comme ailleurs, de tendance occitaniste ou mistralienne, ne professe une pareille absurdité. L'occitan est le nom que la très grande majorité des linguistes modernes, en France et à l'étranger, donnent à l'ensemble des variantes de la langue d'oc entre les Alpes et l'Atlantique. Comme toutes les langues naturelles du monde, la langue d'oc, ainsi que l'a toujours affirmé Frédéric Mistral, constitue une seule langue avec diverses variantes, toutes égales en valeur et chacune la représentant entièrement là où elle est parlée et écrite.

      En demandant aux pouvoirs publics nationaux d'officialiser la séparation de notre région du reste des régions méridionales, on préconise une mesure qui serait catastrophique pour l'avenir de notre langue. On donnerait ainsi l'impression qu'elle s'éparpille en dizaines de langues rivales et étrangères les unes aux autres, chacune se fermant sur un étroit localisme, alors qu'elle ne peut tirer sa force que de son unité et des échanges qu'elle permet entre ses différentes variantes, ainsi qu' avec les autres langues latines qui l'entourent.

      De telles aberrations contredisent ce qu'ont toujours soutenu tous les mouvements de promotion de notre langue régionale, qu'ils soient de tradition félibréenne ou occitaniste. Une décision nationale qui piétinerait la pensée de Frédéric Mistral sur ce sujet serait pour nous totalement inacceptable, et nous nous y opposerions tout le temps qu'il faudra avec la dernière énergie. Nous vous demandons instamment de ne pas leur donner votre caution.

      En revanche, nous comptons sur votre appui pour faire avancer rapidement l'adoption d'une loi favorisant le développement des langues régionales en préparation depuis la précédente législature à l'Assemblée comme au Sénat, et soutenir la promesse du Président de la République de faire ratifier la Charte Européenne des langues Régionales.

Nous vous prions d'agréer,

      Madame le Député
      Monsieur le Député
      Madame le Sénateur
      Monsieur le Sénateur
l'assurance de notre très haute considération.

Le secrétaire de l'Aeloc            

 


Date de création : 25/10/2012 - 22:18
Dernière modification : 25/10/2012 - 22:19
Catégorie : Archives - Nos interventions-2012
Page lue 8438 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  2099877 visiteurs
  2 visiteurs en ligne

Connectés :
( personne )
Snif !!!
Calendrier
Texte à méditer :   A la foire, beaucoup d'ânes se ressemblent.   
Texte à méditer :   L'argent mène l'homme en enfer, mais lui, il reste à la porte.   
Texte à méditer :   Le bon berger fait le bon troupeau.   
Texte à méditer :   Si en travaillant l'on s'enrichissait, les ânes porteraient le bât d'or.   
Texte à méditer :   Qui n'a bonne tête doit avoir bonnes jambes.   
Texte à méditer :   Chaque pot trouve son couvercle.   
Texte à méditer :   Il est bon de ne rien savoir, on apprend toujours.   
Texte à méditer :   Qui a métier a seigneurie.   
Texte à méditer :   Ami de chacun, ami de personne.   
Texte à méditer :   Si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres devraient l'être.   
Texte à méditer :   Dans le besoin on reconnaît ses amis.   
Texte à méditer :   N'est pas beau ce qui est beau, est beau ce qui plaît.   
Texte à méditer :   Bâiller comme une jarre sans huile.   
Texte à méditer :   Mistral du samedi n'a jamais vu le lundi.   
Texte à méditer :   Bon et mauvais, comme la langue.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux un hareng sur le pain qu'un pigeon qui vole.   
Texte à méditer :   Qui trop serre l'anguille, l'anguille lui échappe.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux glisser du pied que de la langue.   
Texte à méditer :   Qui manie les pierres s'écrase les doigts.   
Texte à méditer :   Il ne faut pas acheter un chat dans un sac.   
Texte à méditer :   Le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit.   
Texte à méditer :   Le pain dur tient la maison sûre.   
Texte à méditer :   Le courage se reconnaît à la guerre, la sagesse à la vie, l'amitié au besoin.   
Texte à méditer :   Entre deux gendarmes, le plus honnête homme du monde a l'air d'un coquin.   
Texte à méditer :   Il faut prendre le temps comme il est, l'argent comme il vient, les gens comme ils sont.   
Texte à méditer :   Qui sème des épines n'aille pas nus-pieds.   
Texte à méditer :   Si la barbe donnait la science ou si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres seraient toutes docteurs.   
Texte à méditer :   Le temps et l'usage rendent l'homme sage.   
Texte à méditer :   On ne fait pas le civet avant d'avoir le lièvre.   
Texte à méditer :   Qui a bien mangé croit les autres rassasiés.   
Texte à méditer :   Qui prend toujours et jamais ne donne, à la fin, chacun l'abandonne.   
Texte à méditer :   Un peu d'aide ne fait jamais de mal, beaucoup d'aide fait grand bien.   
Texte à méditer :   Entre voleurs et volés tout pays est habité.   
Texte à méditer :   Toute beauté s'évanouit, et le renom jamais ne périt.   
Texte à méditer :   Mistral, Parlement et Durance sont les trois fléaux de la  Provence.   
Texte à méditer :   L'âne repu trouve les chardons amers.   
Texte à méditer :   Beaucoup d'ânes ne portent pas le bât !   
Texte à méditer :   Qui tient la queue de la poële la tourne d'où il veut !   
Texte à méditer :   Qui a bien dîné croit les autres repus.   
Texte à méditer :   Qui n'a que des chèvres aura vite tondu.   
Texte à méditer :   Sans berger, mille brebis ne font pas un troupeau.   
Texte à méditer :   Au plumage et à la chanson on reconnaît l'oiseau.   
Texte à méditer :   Il vaut mieux une abeille que mille mouches !   
Texte à méditer :   L'âne se reconnaît aux oreilles, et le fou au parler.   
Texte à méditer :   Langue muette n'a jamais été battue.