En perseguissant vòstra navigacion sus aqueu site, acceptatz l'utilisacion de cookies per vos proposar de contenguts e servicis adaptats. Mencions legalas.
 
Siatz aquí :   Benvenguda » Rendut-còmpte dau Consèu Academique dei Lengas Regionalas de l’Academia Ais-Marselha 18/12/2014
 
Previsualizar...  Estampar...  Estampar la pagina...
Previsualizar...  Estampar...  Estampar la seccion...
 
Recèrca
 
Barrar

La Botiga

      +Visitatz la botiga en linha de l'AELOC

      bouton_boutique.png

      +Telecargatz nòstre catalòg .pdf

     LibreEscolan[1].jpg     lorei2[1].jpg
 

      Contacte comandas: 

      Corrièu    I-mèl

La Tarasca/o

Çò que fasèm

Adesion en linha

     Podètz aderir a L'AELOc despuei lo site, e pagar vòstre escotisson en linha.

Ensenhament

Legit dins lo jornau...

Videòs

Archius

Rendut-còmpte dau Consèu Academique dei Lengas Regionalas de l’Academia Ais-Marselha 18/12/2014

rss Aqueleis articles son disponibles en format estandard RSS per publicacion sus vòstre site oèb :
https://www.aeloc.fr/data/oc-articles.xml

LogoForumBoule_200.png

FORUM D’OC DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR

Compte-rendu du Conseil Académique des Langues Régionales de l’Académie d’Aix-Marseille convoqué le jeudi 18/12/2014

établi par le Syndicat National des Enseignements de Second Degré

M. le chargé de mission d'inspection pour le Provençal représente le Recteur, alors même que dans une salle à proximité, M. le Recteur Ali Saïb quitte ses fonctions.

M. le représentant du Conseil Régional regrette l'absence de convocation du Conseil Régional lors du dernier CALR. Après vérification, aucun courrier n'a été reçu par la présidence du Conseil régional concernant le dernier CALR. Il rappelle aussi l'intérêt de se réunir deux fois par an, comme cela est prescrit par le décret de création du CALR.

M. le représentant de l'AELOC (Association pour l'Enseignement de la Langue d'Oc) affirme être en parfait accord avec cette demande et demande aussi que soit créé le groupe technique, chargé de suivre la mise en œuvre des besoins soulevés par le CALR.

Au nom du SNES, M. Alexandre Arnaud demande aussi que ces textes soient mis en œuvre. Il s'inquiète de la façon dont nous avons été « convoqués », apprenant fortuitement la tenue de ce CALR, et devant solliciter le Rectorat pour y être convié. De même, il s'étonne que Mme Annette Cottin (conseillère pédagogique langue vivante et régionale du Vaucluse) ne participe pas à cette réunion. Elle a elle-même appris fortuitement sa tenue.

M. le chargé d'inspection déclare que Mme Cottin n'est pas forcément convoquée pour le CALR, mais que la DASEN du Vaucluse mandate une personne. Il s'agit de M. Poletto.

Un tour de table permet de connaître les noms et fonctions des personnes présentes, ou les structures qu'ils représentent :

M. Mauron, chargé de mission d'inspection pour le Provençal, représentant de M. le Recteur,

Mme Rachida Dumas, IPR d'Arabe, en charge de la carte des langues,

Mme Elias, Division des Moyens,

M. Hervé Guerrera, conseiller régional, représentant du Conseil Régional,

M. Patrice Gauthier, représentant du Conseil Général des Bouches du Rhône,

M. André Faure, président de la Calandreta Gapiana, et représentant du Conseil Général des Hautes Alpes,

M. Alexandre Arnaud, professeur certifié d'occitan-langue d'oc, représentant le SNES-FSU,

Mme Marie-Ange Guiseppi, professeure des écoles, représentant le SNUIPP-FSU,

Mme Colette Chauvin, représentant le Conseil Général des Alpes de Haute Provence,

Mme Nathalie Wurbel, représentant l'I.E.O. Provence,

Mme Claudette Occelli, représentant le Félibrige,

M. Jean-Pierre Richard, représentant le Collectif Provence,

M. Michel Neumuller, représentant l'AELOC,

Mme Céline Marteau-Imbert, professeur de Provençal, représentant l’association Lou Prouvençau à l’Escolo,

M. Jean-Claude Cavallo, inspecteur chargé de l'orientation scolaire, représentant la DASEN des Alpes de Haute Provence,

M. Marco Poletto, représentant la DASEN de Vaucluse,

M. Marc Rivoira, représentant la DASEN des Bouches du Rhône – Mission Langue Régionale

La réunion a été co-animée par M. le chargé d'inspection et Mme la responsable de la carte des langues.

L'annonce a été faite d'un processus de rationalisation. Sans information précise quant aux effectifs et aux heures de service voire aux partages de service, le Rectorat a demandé d'étudier les conditions d'enseignement de la langue régionale.

A la règle drastique de fermeture des cours qui aurait pu être envisagée selon un seuil d'effectif, il a été préféré l'étude des conditions de l'enseignement de la discipline.

Il a d'abord été question du bilan statistique de l'année scolaire 2013/2014. Ce bilan se résume ainsi :

Nombre de communes par département concernées par un enseignement du premier degré :

  • 04 : 7

  • 05 : 3

  • 84 : 17

  • 13 : 40

Dans le second degré, les cartes englobent les effectifs réunis des collèges et lycées.

Nombre d’élèves concernés :

  • Pour le 1er degré, Total 8679

    • 04 : 302 élèves (+ actions de sensibilisation : théâtre itinérant)

    • 05 : 30 + 19 (Calandreta)

    • 13 : 6982 (on tient compte à nouveau des EPI, écoles à pratiques isolées)

    • 84 : 1265 + 81 (Calandreta)

  • Pour les collèges, total 53 établissements, 2735 élèves

    • 04 : 117 élèves

    • 05 : 55

    • 13 : 1895

    • 84 : 668

  • Pour les lycées, 25 établissements, 837 élèves

    • 04 : 46

    • 05 : 0

    • 13 : 610

    • 84 : 181

Pour la Mission Langue et Culture Régionale des Bouches du Rhône (1° degré), M. Marc Rivoira donne le taux d’élèves ayant obtenu le niveau A1 ou A2 :

  • Écoles bilingues : 52% A2 et 44% A1

  • Centres continus : 21% A2 et 71% A1

  • Non diplômés : de 4%(bilingues) à 8%(CEC)

Pour le second degré, malgré la faiblesse des effectifs (qu’on peut quand même comparer à ceux des germanistes) sont comptabilisés les élèves atteignant le niveau B1 (en LV1) ou A2 (LV2).

A la demande spécifique concernant la poursuite de l'enseignement d'occitan à Gap, M. le chargé de mission a répondu qu'il était possible d'ouvrir cette option (ou tout autre enseignement nouveau de langue régionale dans un établissement dépourvu) à la condition que les parents signent des lettres d'engagement à inscrire leurs enfants dès la fin de la 3ème. Il a fait état de difficultés avec la succession de professeurs originaires d'autres académies qui ne persistent pas dans ce poste.

M. le chargé de mission et Mme la responsable de la carte des langues nous ont ensuite présenté le bilan des évaluations académiques. Ces évaluations concernent les classes bilingues nouvellement créées, les classes en écoles CER ou CEC et les élèves de LV2 dans le secondaire.

Mme Guiseppi, au nom du SNUIPP-FSU, regrette que le dispositif des centres d'enseignement renforcé ou continu ne soit pas accessible dans les départements alpins et le Vaucluse. Elle a demandé – demande répétée depuis plus de 20 ans – la création d'un poste de maître itinérant dans les Alpes de Haute Provence, et d'un poste de conseiller pédagogique dans chaque département alpin, ou tout au moins d'un conseiller pour ces deux départements.

M. le chargé de mission et Mme la responsable de la carte des langues répondent par l'argument de l'impasse budgétaire.

Nous leur opposons que le développement de l'enseignement de la langue régionale ne peut que se faire à moyens constants.

M. Arnaud, au nom du SNES-FSU, oppose un développement qui existe, une demande qui existe et qui ont besoin d'être soutenus.

Mme Chauvin, la représentante du conseil général des Alpes de Haute Provence, a affirmé que le soutien du département à l'enseignement du Provençal existait, mais ne pouvait aller sans engagement de l'Education Nationale.

M. Guerrera a proposé une participation financière de la région, ce à quoi Mme Guiseppi a répondu que la compensation partielle du désengagement de l'Education nationale n'était pas la solution.

M. Rivoira a présenté les résultats des évaluations académiques concernant les élèves des CEC et des CER des Bouches du Rhône.

Mme Wurbel a demandé si les évaluations étaient pratiquées dans le Vaucluse et quelles en étaient les résultats. M. Poletto n'a pu répondre à cette question, indiquant que c'est Mme Cottin qui aurait pu y répondre.

Une discussion a suivi sur la passation de ces évaluations : dans le Vaucluse, il faudrait que les enseignants soient volontaires. Dans les Bouches du Rhône, une partie du travail, de passation des épreuves et de saisie informatique des résultats, est assurée par la Mission de langue régionale. Mme la responsable de la carte des langues est surprise de cette organisation et souligne que ce n'est pas le cas pour les autres langues.

Le temps est ensuite celui des questions diverses.

M. Neumuller pour l'AELOC revient sur les modalités d'organisation du CALR, ce que je soutiens au nom du SNES.

M. Arnaud reprend ensuite les points de la motion du SNES qui n'ont pas été discutés précédemment lors de ce CALR, soulignant qu'il s'agit malheureusement d'une redite.

M. le chargé de mission et Mme la responsable de la carte des langues sont surpris de certains problèmes spécifiques concernant un établissement ou l'autre.

Pour répondre aux difficultés récurrentes de chevauchement des cours d'options, parmi lesquelles l'enseignement d'occitan-langue d'oc, ils suggèrent une réflexion commune avec les autres enseignants concernés au niveau des établissements et notamment des C.A.

Mme la responsable de la carte des langues, par ailleurs IPR d'Arabe, parle de la filière « langues et cultures de la Méditerranée » initiée à Aix et à Vitrolles. Les élèves étudient conjointement Provençal, Arabe et Latin, ainsi qu'une autre langue latine.

Mme Chauvin souligne l'intérêt d'un tel dispositif, l'ayant éprouvé comme enseignante.

De nombreuses demandes et questionnements du SNES et du SNUIPP restent sans réponse, qui sont pourtant présentés depuis les trois derniers CALR, ou depuis bien plus longtemps pour quelques-uns.


Data de creacion : 17/07/2015 - 11:31
Categoria : Ensenhament - Educacion Nacionala
Pagina legida 7352 còps

Letra d'informacion

Per aver de novèlas de l'associacion ò d'aqueste site, marcatz-vos a nòstra Letra d'Informacion.

Avans que de sometre aqueu formulari, mercé de legir e d'acceptar lei Mencions legalas.

Accèpti :
Tornar copiar lo còde :
 ↑  

Preferéncias


Se tornar connectar :
Vòstre nom (o escais-nom) :
Vòstre còde secrèt
<O>


  2205696 visitaires
  2 visitaires en linha

Connectats :
( degun )
Snif !!!
 ↑  

Calendier

Oebmèstre

Per meditar :   A la fiera, manca pas d'ases que se semblan.   
Per meditar :   L'argènt meno l'ome a l'infèr, mai éu rèsto a la porto.   
Per meditar :   Lo bòn pastre fai lo bòn aver.   
Per meditar :   Se pèr travaia l'on devenié riche, lis ase pourtarien lou bast d'or.   
Per meditar :   Cu non a bòna tèsta, fau qu'ague bònei cambas.   
Per meditar :   Chasque topin troba sa curbecela.   
Per meditar :   Fai bon saupre rèn, l'on apren toujour.   
Per meditar :   Quau a mestié a segnourié.   
Per meditar :   Amic de cadun, amic de degun.   
Per meditar :   Se la barbo blanco fasié lou sage, li cabro lou devrien èstre.   
Per meditar :   Dins lo besonh, leis amics se coneisson.   
Per meditar :   Es pas bèu çò qu'es bèu, es bèu çò qu'agrada.   
Per meditar :   Badar coma una gerla sènsa òli.   
Per meditar :   Mistrau de dissate a jamai vist lou dilun.   
Per meditar :   Bòn e marrit, coma la lenga.   
Per meditar :   Vau mai uno arencado sus lou pan qu'un pijoun que volo.   
Per meditar :   Quau trop sarro l'anguielo, l'anguielo i'escapo.   
Per meditar :   Vau mai esquilhar dau ped que de la lenga.   
Per meditar :   Cu maneja lei peiras se quicha lei dets.   
Per meditar :   Fau pas crompar cat en sac.   
Per meditar :   Lou brut fai pas de bèn, lou bèn fai pas de brut.   
Per meditar :   Lo pan dur ten l'ostau segur.   
Per meditar :   Lou courage se counèis à la guerro, la sagesso à la vido, l'amista au besoun.   
Per meditar :   Entre dous gendarmo, lou plus brave ome dóu mounde a l'èr d'un couquin.   
Per meditar :   Fau prene lou tèms coume es, l'argènt coume vèn, li gènt coume soun.   
Per meditar :   Quau semena d'espinas vague pas descauç.   
Per meditar :   Se la barbo dounavo la sciènci o se la barbo blanco fasié lou sage, lei cabro sarien tóutei dóutour.   
Per meditar :   Lo temps e l'usatge rendon l'òme sage.   
Per meditar :   Se fai pas lo civier avans d'aver la lèbre.   
Per meditar :   Quau a ben dinat crèi leis autrei sadol.   
Per meditar :   Qu toujour pren e rèn noun douno, a la fin cadun l'abandouno.   
Per meditar :   Un pau d'ajuda fa ges de mau, fòrça ajuda fa grand ben.   
Per meditar :   Entre volurs e volats, tot país es abitat.   
Per meditar :   Touto bèuta s'escoulouris, e lou renoun jamai peris.   
Per meditar :   Mistrau, Parlament e Durença son lei tres flèus de la  Provença.   
Per meditar :   A l'ase sadol lei cardons amarejan.   
Per meditar :   Pron d'ases pòrtan pas lo bast !   
Per meditar :   Quau tèn la coa de la sartan la vira d'onte vòu !   
Per meditar :   Aqueu qu'a ben dinat crèi leis autrei sadol.   
Per meditar :   Quau a que de cabras aurà lèu tondut.   
Per meditar :   Sensa pastre, mila fedas fan pas un tropèu.   
Per meditar :   A la pluma e a la cançon se reconeis l'aucelon.   
Per meditar :   Vau mai una abelha que mila moscas !   
Per meditar :   L'ase se coneis ais aurelhas, e lo fòu au parlar.   
Per meditar :   Lenga muda a jamai estat batuda.