En perseguissant vòstra navigacion sus aqueu site, acceptatz l'utilisacion de cookies per vos proposar de contenguts e servicis adaptats. Mencions legalas.
 
Siatz aquí :   Benvenguda » 25/09/2012Corrier ai deputats e senators
 
Previsualizar...  Estampar...  Estampar la pagina...
Previsualizar...  Estampar...  Estampar la seccion...
 
Recèrca
 
Barrar

La Botiga

      +Visitatz la botiga en linha de l'AELOC

      bouton_boutique.png

      +Telecargatz nòstre catalòg .pdf

     LibreEscolan[1].jpg     lorei2[1].jpg
 

      Contacte comandas: 

      Corrièu    I-mèl

La Tarasca/o

Çò que fasèm

Adesion en linha

     Podètz aderir a L'AELOc despuei lo site, e pagar vòstre escotisson en linha.

Ensenhament

Legit dins lo jornau...

Videòs

Archius

25/09/2012
Corrier ai deputats e senators

rss Aqueleis articles son disponibles en format estandard RSS per publicacion sus vòstre site oèb :
https://www.aeloc.fr/data/oc-articles.xml

Madame le Député,
Monsieur le Député


Monsieur le Sénateur
Madame le Sénateur

 


      Il nous semble urgent d'attirer votre attention sur un problème grave concernant notre langue régionale, la langue d'oc ou langue occitane, qui s'exprime dans notre région sous la forme du provençal, de l'alpin ou du niçois.

      Nos élus ont été sollicités à plusieurs reprises, et le sont encore actuellement, par un groupe local très remuant qui milite pour la séparation des parlers originaux de notre région d'avec le reste de la langue d'oc, qui est en usage dans les 32 départements du sud de la France, des Alpes aux Pyrénées, selon la formule de Mistral, ainsi qu'au Val d'Aran et au Piémont.

      Ce groupe répand l'idée que l'occitan serait une langue étrangère que l'on voudrait imposer à notre région. Ces propos relèvent soit de l'ignorance, soit de la malveillance. Aucune association de défense de la langue régionale, en Provence comme ailleurs, de tendance occitaniste ou mistralienne, ne professe une pareille absurdité. L'occitan est le nom que la très grande majorité des linguistes modernes, en France et à l'étranger, donnent à l'ensemble des variantes de la langue d'oc entre les Alpes et l'Atlantique. Comme toutes les langues naturelles du monde, la langue d'oc, ainsi que l'a toujours affirmé Frédéric Mistral, constitue une seule langue avec diverses variantes, toutes égales en valeur et chacune la représentant entièrement là où elle est parlée et écrite.

      En demandant aux pouvoirs publics nationaux d'officialiser la séparation de notre région du reste des régions méridionales, on préconise une mesure qui serait catastrophique pour l'avenir de notre langue. On donnerait ainsi l'impression qu'elle s'éparpille en dizaines de langues rivales et étrangères les unes aux autres, chacune se fermant sur un étroit localisme, alors qu'elle ne peut tirer sa force que de son unité et des échanges qu'elle permet entre ses différentes variantes, ainsi qu' avec les autres langues latines qui l'entourent.

      De telles aberrations contredisent ce qu'ont toujours soutenu tous les mouvements de promotion de notre langue régionale, qu'ils soient de tradition félibréenne ou occitaniste. Une décision nationale qui piétinerait la pensée de Frédéric Mistral sur ce sujet serait pour nous totalement inacceptable, et nous nous y opposerions tout le temps qu'il faudra avec la dernière énergie. Nous vous demandons instamment de ne pas leur donner votre caution.

      En revanche, nous comptons sur votre appui pour faire avancer rapidement l'adoption d'une loi favorisant le développement des langues régionales en préparation depuis la précédente législature à l'Assemblée comme au Sénat, et soutenir la promesse du Président de la République de faire ratifier la Charte Européenne des langues Régionales.

Nous vous prions d'agréer,

      Madame le Député
      Monsieur le Député
      Madame le Sénateur
      Monsieur le Sénateur
l'assurance de notre très haute considération.

Le secrétaire de l'Aeloc            

 


Data de creacion : 25/10/2012 - 22:18
Darriera modificacion : 25/10/2012 - 22:19
Categoria : Archius - Nòstreis intervencions-2012
Pagina legida 9247 còps

Letra d'informacion

Per aver de novèlas de l'associacion ò d'aqueste site, marcatz-vos a nòstra Letra d'Informacion.

Avans que de sometre aqueu formulari, mercé de legir e d'acceptar lei Mencions legalas.

Accèpti :
Tornar copiar lo còde :
 ↑  

Preferéncias


Se tornar connectar :
Vòstre nom (o escais-nom) :
Vòstre còde secrèt
<O>


  2205256 visitaires
  9 visitaires en linha

Connectats :
( degun )
Snif !!!
 ↑  

Calendier

Oebmèstre

Per meditar :   A la fiera, manca pas d'ases que se semblan.   
Per meditar :   L'argènt meno l'ome a l'infèr, mai éu rèsto a la porto.   
Per meditar :   Lo bòn pastre fai lo bòn aver.   
Per meditar :   Se pèr travaia l'on devenié riche, lis ase pourtarien lou bast d'or.   
Per meditar :   Cu non a bòna tèsta, fau qu'ague bònei cambas.   
Per meditar :   Chasque topin troba sa curbecela.   
Per meditar :   Fai bon saupre rèn, l'on apren toujour.   
Per meditar :   Quau a mestié a segnourié.   
Per meditar :   Amic de cadun, amic de degun.   
Per meditar :   Se la barbo blanco fasié lou sage, li cabro lou devrien èstre.   
Per meditar :   Dins lo besonh, leis amics se coneisson.   
Per meditar :   Es pas bèu çò qu'es bèu, es bèu çò qu'agrada.   
Per meditar :   Badar coma una gerla sènsa òli.   
Per meditar :   Mistrau de dissate a jamai vist lou dilun.   
Per meditar :   Bòn e marrit, coma la lenga.   
Per meditar :   Vau mai uno arencado sus lou pan qu'un pijoun que volo.   
Per meditar :   Quau trop sarro l'anguielo, l'anguielo i'escapo.   
Per meditar :   Vau mai esquilhar dau ped que de la lenga.   
Per meditar :   Cu maneja lei peiras se quicha lei dets.   
Per meditar :   Fau pas crompar cat en sac.   
Per meditar :   Lou brut fai pas de bèn, lou bèn fai pas de brut.   
Per meditar :   Lo pan dur ten l'ostau segur.   
Per meditar :   Lou courage se counèis à la guerro, la sagesso à la vido, l'amista au besoun.   
Per meditar :   Entre dous gendarmo, lou plus brave ome dóu mounde a l'èr d'un couquin.   
Per meditar :   Fau prene lou tèms coume es, l'argènt coume vèn, li gènt coume soun.   
Per meditar :   Quau semena d'espinas vague pas descauç.   
Per meditar :   Se la barbo dounavo la sciènci o se la barbo blanco fasié lou sage, lei cabro sarien tóutei dóutour.   
Per meditar :   Lo temps e l'usatge rendon l'òme sage.   
Per meditar :   Se fai pas lo civier avans d'aver la lèbre.   
Per meditar :   Quau a ben dinat crèi leis autrei sadol.   
Per meditar :   Qu toujour pren e rèn noun douno, a la fin cadun l'abandouno.   
Per meditar :   Un pau d'ajuda fa ges de mau, fòrça ajuda fa grand ben.   
Per meditar :   Entre volurs e volats, tot país es abitat.   
Per meditar :   Touto bèuta s'escoulouris, e lou renoun jamai peris.   
Per meditar :   Mistrau, Parlament e Durença son lei tres flèus de la  Provença.   
Per meditar :   A l'ase sadol lei cardons amarejan.   
Per meditar :   Pron d'ases pòrtan pas lo bast !   
Per meditar :   Quau tèn la coa de la sartan la vira d'onte vòu !   
Per meditar :   Aqueu qu'a ben dinat crèi leis autrei sadol.   
Per meditar :   Quau a que de cabras aurà lèu tondut.   
Per meditar :   Sensa pastre, mila fedas fan pas un tropèu.   
Per meditar :   A la pluma e a la cançon se reconeis l'aucelon.   
Per meditar :   Vau mai una abelha que mila moscas !   
Per meditar :   L'ase se coneis ais aurelhas, e lo fòu au parlar.   
Per meditar :   Lenga muda a jamai estat batuda.