En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil »
    Imprimer la page...

Nouvelles

Les nouvelles actives sont postérieures au 31/12/2014 00:00
Les nouvelles antérieures sont consultables dans les  Archives des nouvelles

couverture__janvier_20.jpeg

Giambattista Cane

UN IMIGRAT ITALIAN DINS LA REGIEN MARSELHESA A LA BÈLA EPÒCA

Edition bilingue Italien/Provençal

Traduction Alain Barthélémy-Vigouroux

La Provence doit à l’Italie son nom, sa langue, les origines de sa civilisation, et un apport de population considérable à la charnière des deux derniers siècles. Cet apport, si bien intégré de nos jours, ne s’est pas déroulé sans convulsions, mais dès son début la proximité des références communes a tracé la route des convergences.

Le précieux témoignage dont on trouvera ici un très large extrait a été sauvé de la disparition par Enrico Berio, Directeur honoraire des archives d’Etat de la préfecture d’Imperia en Ligurie. Il a été publié par ses soins et le concours de la Cumpagnia de l’Urivu de cette même ville, sous le titre « Storia di un giovane povero » en 2011 aux éditions Amadeo.

L’auteur, Giambattsta Cane, naît en 1868 dans le village de Pietrabruna voisin de la ville d’Imperia, dans une famille déshéritée et une période de grave crise économique. Au décès de son père et à l’âge de quinze ans il est contrait d’émigrer dans la région marseillaise. Revenu au pays après de multiples vicissitudes qu’il conte avec humour et émotion, cet autodidacte rédige ses mémoires alors qu’il a pu enfin s’élever à une position sociale prospère.  

L’Association pour l’enseignement de la langue d’oc de Provence-Alpes-Côte d’Azur a bénéficié de l’aimable autorisation d’Enrico Berio pour publier le texte et la traduction provençale de l’ensemble des chapitres ayant trait au séjour de l’auteur en Provence. Elle entend ainsi donner l’occasion de mieux comprendre une période capitale de l’histoire commune à la Provence et à la Ligurie, et de démontrer la capacité de la langue d’oc, située au carrefour des langues romanes, à ouvrir le public scolaire comme celui des amateurs au contact direct avec les autres expressions de la latinité.

On doit à l’historien Stéphane Mourlane de l’Université d’Aix-Marseille une importante introduction qui offre une vue d’ensemble sur l’immigration italienne en Provence.

L'ouvrage est en vente sur le site de la boutique de l'AELOC, 175 p., 10 € plus 4 €  de frais de port.


Formulaire d'adhésion à l'AELOc-paiement sécurisé par CB

Propulsé par HelloAsso